Calendrier

« Avril 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Islam Lover

Islam Lover Le respect, l'amour, la fraternité, la justice, la solidarité, le dialogue.... et encore, tels sont les principes nobles de l'islam que nous avons appris dans le Coran et que nous a enseigné notre meilleur exemple : le Prophète saws. L’islam est la religion qu’ALLAH a agréée pour tous les êtres humains. C'est une religion de paix, qui dénonce la terreur, l'injustice, et l'inflexibilité. J'invite toute l’humanité à découvrir l'islam sans préjugés, et j'invite tous les musulmans à éduquer leurs enfants selon les principes nobles et universels de l'islam. Je vous invite à découvrir ici le berceau de mon cœur et je prie ALLAH qu’il soit satisfait de nous pour que nous soyons vraiment la meilleure communauté qu’ait été fait surgir pour les Hommes. Salam alaykoum

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Qui est le prophète Mohammed ?

Par Islam Lover :: dimanche 19 février 2006 à 23:25 :: Miséricorde pour l'Univers

Qui est le prophète Mohammed ?

Mohammed était très religieux et pendant longtemps, il détesta la décadence et l'idolâtrie de la société dans laquelle il vivait.
 

La mosquée du prophète Mohammed à Médine

La mosquée du prophète Mohammed  à Médine.

À l'âge de quarante ans, Mohammed reçut sa première révélation de Dieu par l'intermédiaire de l'ange Gabriel.  Les révélations se poursuivirent pendant vingt-trois ans, et ensemble elles formèrent ce que nous connaissons comme le Coran.

Dès qu'il commença à réciter le Coran et à prêcher la vérité que Dieu lui avait révélée, il souffrit, avec son petit groupe de disciples, de persécutions de la part des mécréants.  Les persécutions devinrent si acharnées qu'en l'an 622, Dieu leur ordonna d'émigrer.  Cette émigration de la Mecque à la ville de Médine, située à environ 260 milles (418 km) au nord, marque le début du calendrier musulman.

Après plusieurs années, Mohammed et ses disciples purent enfin retourner à la Mecque, où ils pardonnèrent à leurs ennemis.  Avant que Mohammed ne meure, à l'âge de soixante-trois ans, la majeure partie de la Péninsule Arabe était devenue musulmane, et moins d'un siècle après sa mort, l'islam s'était propagé jusqu'en Espagne à l'ouest, et aussi loin qu'en Chine à l'est.  Parmi les raisons qui expliquent la propagation rapide et pacifique de l'islam, il y a la vérité et la clarté de sa doctrine.  L'islam appelle les gens à ne croire qu'en un seul Dieu, qui est le Seul qui mérite d'être adoré.

Le prophète Mohammed était un parfait exemple d'un homme honnête, juste, clément, compatissant, véridique et brave.  Bien qu'il fût un homme, il était très loin d'en avoir les mauvaises caractéristiques, et il luttait et faisait tous ses efforts par amour pour Dieu et pour Sa récompense dans l'au-delà.  De plus, dans toutes ses actions et ses relations avec les gens, il avait toujours la crainte de Dieu et le souci de Lui plaire.

Tu dois connaître cet homme, Mohammad (que la Paix et les Bénédictions de Dieu soient sur lui) avant de dire quoi que ce soit sur lui!

Par Islam Lover :: mercredi 01 mars 2006 à 17:19 :: Miséricorde pour l'Univers

Tu dois connaître cet homme, Mohammad



(que la Paix et les Bénédictions de Dieu soient sur lui)

Que tu sois athée ou libre penseur.Que tu appartiennes à une quelconque religion de ce monde ou non.Que tu sois communiste ou partisan de la démocratie et de la liberté, peu importe qui tu sois, peu importent tes croyances religieuses ou politiques, tes habitudes sociales ou personnelles,
Tu dois connaître cet homme !

Il fut, de loin, l'homme le plus remarquable qui ait jamais existé sur cette terre.Il prêcha une religion, fonda un état, bâtit une nation, établit un code moral, initia de nombreuses réformes sociales et politiques, fit naître une société solide et dynamique qui personnifia ses enseignements en les mettant tous en pratique, et qui révolutionna tous les domaines de la pensée et de l'action humaines d’alors, de jadis, et des temps à venir.
Son nom était Mohammad, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur Lui.Il acheva toutes ces merveilles en vingt-trois (23) ans, un laps de temps incroyablement court.

Mohammad naquit en Arabie le 20août 570 de l'ère chrétienne d’une jeune veuve qui devait mourir elle aussi peu après.
Mais il était destiné à vivre sous les feux de l’Histoire: son existence nous est connue dans les moindres détails.
Et quand il mourut à l'âge de 63 ans toute la péninsule arabe avait abandonné le polythéisme et l'idolâtrie pour l'adoration d'un Dieu unique...Les querelles et les guerres tribales cédèrent la place à la solidarité et l'unité nationales; l'ivresse et la débauche devinrent sobriété et piété ; l'iniquité et l'anarchie se transformèrent en vie disciplinée ; de la décadence morale elle atteignit le plus haut niveau de la moralité.L'histoire de l'humanité n'aura jamais été témoin d'une transformation, Ô combien radicale d'un peuple ou d'un pays !

L'Encylopédia Britannica le proclame "l'Homme de religion qui a connu le plus de succès sur cette terre."

Georges Bernard Shaw a déclaré que si Mohammad vivait encore, il réussirait à résoudre tous les problèmes qui menacent notre civilisation, aujourd’hui.
Thomas Carlyle fut tout étonné qu'un seul homme, d'un seul tour de main, pût souder des tribus ennemies et des Bédouins nomades en une nation, la plus puissante et la plus civilisée qui soit, et ce, en moins de 20 ans.

Napoléon et Gandhi rêvaient inlassablement d'une société de la même trempe que celle forgée par cet homme en Arabie il y a 13 siècles.

En effet, nul autre humain n'accomplit autant dans les domaines aussi variés de la pensée et du comportement humains, et dans un temps aussi limité, que Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur Lui).Illetré, il était cependant un enseignant des nations, un réformateur social, un guide moral, un penseur politique, un génie militaire, un colosse de l'administration, un ami sincère, un compagnon merveilleux, un époux dévoué, un père affectueux - tout cela en un seul homme.Aucune personnalité de l'histoire ne put le surpasser ou même l'égaler, dans n'importe quel domaine de la vie.

Ce monde a eu son lot de grandes personnalités.Mais elles ne furent illustres que dans un ou deux domaines, tels que la pensée religieuse ou la direction des affaires militaires.
De tous les autres dirigeants de ce monde aucun ne put combiner autant de qualités diverses et à un degré de perfection aussi impressionnant que Mohammad (PBSL).

La vie et les enseignements des autres grandes personnalités du monde se sont enfouis dans les replis poussiéreux de l’Histoire.L'époque et le lieu de leur naissance, leur mode de vie, la nature et les détails de leurs enseignements, le degré de leur réussite ou de leur échec sont tellement sujets à des conjectures qu'il est impossible à l'humanité, aujourd'hui, de reconstituer avec précision la vie et les enseignements de ces hommes.

Tel n'est pas le cas de Mohammad (PBSL).Non seulement était-il né à une époque resplendissante de l'histoire écrite, mais tous les détails de sa vie privée et publique, de ses actes et de ses paroles ont été enregistrés et fidèlement conservés jusqu'à nos jours.L'authenticité de ces informations ainsi préservées est attestée non seulement par les croyants inconditionnels, mais aussi par les critiques et les érudits les plus éminents.Sur le plan des idées, il n'existe aucun système de pensée ou de croyance - séculaire ou religieuse, social ou politique - qui puisse surpasser ou égaler l'ISLAM, le système que préconisa Mohammad.Dans un monde en constante transformation, alors que d'autres systèmes ont connu des modifications profondes, seul l'ISLAM est resté intact, libre de toute mutation ou de tout changement, ayant préservé sa forme originelle, vieille de quatorze siècles.D'ailleurs, les changements positifs qui s'opèrent dans le monde de la pensée et du comportement humain font vraiment et logiquement honneur à la saine influence de l'Islam dans ces domaines.

Du reste, il n'a pas été possible aux plus grands penseurs, au cours de leur vie, de mettre en pratique toutes leurs idées, ni de voir germer les graines de leur labeur que ce dernier aurait portées.Excepté bien sûr Mohammad (PBSL) qui prêcha non seulement les idées les plus merveilleuses, mais il réussit à mettre en pratique chacune d'elles, et ce, au cours de sa vie.
Au moment de sa mort, ses enseignements n'étaient pas que de simples préceptes ou de simples idées, attendant l'heure de leurs concrétisations, mais au contraire, ils avaient déjà pris place dans le cœur et dans la vie de dizaines de milliers d'individus parfaitement formés, et chacun d'entre eux personnifiant merveilleusement chaque élément que Mohammad incarnait et enseignait.
A quel autre moment ou lieu, et par rapport à quel autre système politique, social ou religieux, et par quelle autre philosophie ou idéologie, le monde a-t-il été témoin d'un phénomène aussi stupéfiant ?

En fait, aucun autre système et aucune autre idéologie séculaire ou religieuse, sociale ou politique, ancienne ou moderne - ne pourraient prétendre à l'honneur d'avoir été mis en pratique dans son intégralité et dans son intégrité au moins une fois au monde, avant ou après la mort de celui qui l'aurait proposé.Excepté bien sûr, l'Islam, cette idéologie prêchée par Mohammad, qui fut établie comme un mode de vie complet et adopté par l'enseignant lui-même, avant qu'il ne quittât ce monde.L'Histoire témoigne, de ce fait, et les plus sceptiques n'ont d'autres choix que d'être d'accord sur ce point.
En dépit de ces étonnantes réalisations, et malgré les innombrables miracles convaincants et authentiques dont il a été l'auteur, et le succès colossal dont ses efforts furent couronnés, il ne s'est jamais proclamé Dieu, ou l'incarnation de Dieu, ou le Fils de Dieu, mais plutôt être humain, choisi et destiné par Dieu, à enseigner la vérité, et d'être un modèle et un exemple pour l'humanité.
Car Mohammad reçoit certes de la part des musulmans une certaine dévotion. Mais qu’il serait incorrect de mal interpréter: il n’est en effet, qu’un messager de Dieu, humain parmi les humains, comme tous les prophètes de Dieu. Le Coran, compilation des révélations divines, le désigne cependant comme un “excellent modèle” pour l’édification des croyants (Sourate 33, verset 21).

Il ne fut ni plus ni moins qu'un être humain.Mais c'était un homme avec une mission noble et exaltée. À l’instar de Jésus (Paix sur lui) [Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi des prophètes, mais l’accomplir - Matthieu 5:17],il n’avait pas pour mission d’abolir les révélations antérieures ou d’instaurer une nouvelle religion, mais de les confirmer tout en dénonçant les violations qu’avaient subies les Écritures. Il était chargé de purifier les enseignements des prophètes antérieurs des transgressions , omissions, et additions des hommes au cours des âges. Sa seule mission fut celle de restaurer l’union des hommes derrière l'adoration d'un Dieu Unique, et de leur enseigner la voie vers une vie honnête et intègre selon les lois et les commandements de Dieu Seul.Il se disait toujours Messager et serviteur de Dieu, et ses moindres gestes en témoignaient amplement.
Annoncer au monde que la soumission à Dieu Seul est l’action salvatrice d’un péril sinon certain: telle fut sa mission.
Un monde qui n'a pas hésité à déifier des individus dont la vie et la mission se sont égarées dans le mythe et qui, sur le plan historique, n’ont même pas accompli la moitié ou le dixième de ce qu'a fait Mohammad (PBSL).

Chacun doit s'arrêter un moment pour faire connaissance avec cet homme remarquable qui se dit être le messager universel de Dieu. Universel par le message, et parce qu’il fut, et restera, le dernier de la lignée des prophètes de Dieu.

Aujourd'hui, après quatorze siècles, l'exemple et les enseignements du Prophète Mohammad (PBSL) ont survécu sans la moindre modification et interpolation.Aujourd'hui encore, ses enseignements représentent l'éternel espoir de guérison pour les nombreuses maladies qui rongent l'humanité, tout comme ils l'ont été durant la vie du Prophète Mohammad (PBSL).Et ce ne sont pas des vues béates ou apologétiques de musulmans, dictées par un dogmatisme désuet.
Ceci est une honnête revendication, et c'est la conclusion objective et inévitable à laquelle mène toute étude impartiale et critique de l'Histoire des religions. Comme l’en atteste bien de spécialistes non-musulmans (1).

La seule chose que chacun doit faire en tant qu'être humain sensible, réfléchi et concerné, c'est de s'arrêter un court instant et de se demander : toutes ces idées extraordinaires et révolutionnaires, sont-elles fondées et véridiques ?
A supposer simplement, qu'elles étaient justes, et que, ami lecteur, tu ne connaissais pas encore cet homme, que tu ignorais ses enseignements, ou encore que tu ne le connaissais pas suffisamment pour tirer profit de sa force, n'est-il pas temps que tu répondes à ce grand appel vers la vérité et que tu fasses un effort pour le connaître ?
Cela ne te coûtera rien, mais ne fera que marquer l'ouverture d'une ère absolument nouvelle dans ta vie:
- chasser les clichés diffamatoires à son encontre
- faire connaissance avec un ensemble de code éthique capable de t’aider à comprendre le passé, à mieux appréhender le présent, et de t’apporter la sérénité face au futur.
- mettre dans une perspective adéquate ton état de créature supérieure, dotée de raison, face à l’Absolu, Créateur.
- comprendre la jonction entre Dieu comme Tel et l’humain comme tel, ainsi que Dieu Lui même l’a définie.
- comprendre l’insertion de l’Absolu dans le relatif, et l’essence même de la religion de tous les prophètes: la soumission à un Dieu Unique, Créateur de l’Univers.

Venons et partons ensemble à la découverte de la vie de ce merveilleux personnage nommé Mohammad (PBSL), car rien d’autre de tel n'a jamais foulé le sol de ce monde. L’exemple de ses enseignements peuvent révolutionner Ta vie et notre monde, et ce, pour le meilleur.


Que Dieu vous bénisse!

premier épisode d'une bref biographie du prophete que paix et bénédictions soient sur lui.

Par Islam Lover :: mardi 07 mars 2006 à 21:30 :: Miséricorde pour l'Univers

La société arabe d'avant la venue de l'Islam est fondée sur la tribu, dont la cohésion est assurée par la filiation à un même ancêtre, dont on célèbre les actes de bravoure et dont on suit les traces.
La Mecque est une cité dirigée par la tribu Quraysh ; elle recèle en son sein la Kaaba, édifice dont le premier prototype a été construit par Abraham et Ismaël qui l'ont dédié à Dieu l'Unique ; les Arabes célèbrent toujours, sur les traces de Abraham et Ismaël, le pèlerinage annuel de la Kaaba, à laquelle ils sont attachés ; cependant, devenus dans leur majorité polythéistes, ils y mêlent les rites idolâtres et superstitieux, et ce d'autant plus que les Quraysh ont installé autour de la Kaaba les différentes idoles arabes. Ils ont fait de la Maison de l'Unique, bâtie par Abraham et Ismaël, le centre de l'idolâtrie arabe.


A) Les premiers temps de la mission du Prophète (depuis le début de la mission jusqu'à l'an 3 de la mission) :


C'est une nuit, pendant qu'il est en retraite dans la grotte de Hirâ, non loin de sa ville, qu'un mecquois qurayshite du nom de Muhammad reçoit la visite d'un ange. Celui-ci lui récite une parole qui débute par : "Lis au nom de ton Seigneur…" (classée désormais en Coran 96/1-5) ; l'Ange le serre contre lui en trois fois. Ne comprenant pas ce qui lui arrive, Muhammad rentre précipitamment chez lui ; son épouse Khadija doit l'envelopper dans un vêtement pour arrêter ses tremblements. Elle l'emmène le lendemain auprès de Waraqa, qurayshite cousin de Khadidja et converti au christianisme ; celui-ci, après avoir écouté le récit, confirme qu'il s'agit bien de l'ange Gabriel (SB 4). Muhammad est alors âgé de quarante ans.
Quelque temps passe cependant sans que l'Ange ne se manifeste de nouveau, et Muhammad reprend sa retraite à Hirâ. C'est quand il termine sa retraite que l'ange lui apparaît une seconde fois ; ne pouvant supporter cette vision, il se précipite de nouveau auprès de sa femme et demande qu'on l'enveloppe ; une seconde révélation se fait alors : "O l'enveloppé dans son manteau, lève-toi et avertis, et ton Seigneur glorifie, tes vêtements purifie…" (Coran 74/1-4). Les révélations vont par la suite devenir plus fréquentes (SB).
Conformément à ce qui lui est demandé, le Prophète "se lève" donc et, de façon discrète, commence à "avertir", c'est-à-dire à prêcher l'unicité de Dieu et l'adhésion à la voie de la "soumission à Dieu". Quelques personnes de la Mecque, dont Abû Bakr, Alî, Bilâl, etc. se convertissent au message que prêche "l'homme honnête" ("al-Amîn", titre que les Mecquois ont donné à Muhammad). Les notables de la tribu Quraysh ne voient aucun problème dans ces conversions fort discrètes (ZM 3/21).


B) Dix années de prédication publique à la Mecque (depuis l'an 3 de la mission jusqu'à l'an 13, date de l'émigration à Yathrib) :

 

 

retrouver la suite in chae ALLAH prochainement......

le courage........le message!

Par Islam Lover :: mercredi 08 mars 2006 à 19:04 :: Miséricorde pour l'Univers

                                                                       

 

B) Dix années de prédication publique à la Mecque (depuis l'an 3 de la mission jusqu'à l'an 13, date de l'émigration à Yathrib) :

Au bout de trois années de prédication de ce genre, une révélation vient dire au Prophète : "Avertis ton clan proche" (26/214). Le Prophète réunit donc les membres de son clan, et les invite à croire. Abû Lahab, un de ses oncles, coupe court à toute discussion : "Est-ce pour ça que tu nous as réunis ?" (SB 4492).

Bientôt une nouvelle révélation vient dire au Prophète : "Annonce à voix haute ce qui t'est ordonné" (Coran 15/94). La mission du Prophète entre alors dans une nouvelle phase : désormais il affirme ouvertement que les êtres que les idoles représentent ne sont capables de faire ni du tort ni du bien à ceux qui les adorent, que seul Dieu le peut, que ces êtres ne sont pas dignes d'adoration et que l'homme ne doit rendre de culte qu'à Dieu. Les Quraysh prennent ces propos très mal (ZM 3/13, 21), car se démarquant de leur vision des choses, de la religion ancestrale et de l'échelle des valeurs de la société. Au bout de quelque temps ils viennent trouver Abû Talîb, oncle du Prophète et lui assurant sa protection bien que n'adhérant pas à son message, et lui demandent de raisonner son neveu. Abû Talîb les calme avec quelques mots appropriés. Quelques jours après ils viennent de nouveau trouver Abû Talîb et, cette fois, menacent de le mettre au ban de la communauté mecquoise s'il ne fait rien pour faire taire Muhammad. Abû Talîb convoque son neveu et lui demande de cesser ; le Prophète répond : "Même s'ils mettaient le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche afin que je cesse cette [transmission du message], je ne le ferai pas, jusqu'à ce que Dieu fasse réussir celle-ci ou que je meure avant" ; puis il se lève et, en larmes, s'apprête à partir. Touché, Abû Talîb le rappelle et lui dit : "Transmets ton message, je te soutiendrai" (QN 5/55-58).

patience.........c'est le message qui compte!

Par Islam Lover :: jeudi 09 mars 2006 à 12:27 :: Miséricorde pour l'Univers

                                                                       

 

La prédication du Prophète se poursuivant, les Quraysh déclenchent une vigoureuse réaction contre lui et ceux qui le suivent, les "muslim" : harcèlements quotidiens, insultes, coups, voire même tortures pour ceux qui ne disposent pas de proches leur accordant une protection (jiwâr) parmi les notables polythéistes de la cité. Malgré tout, les conversions se poursuivent, en petit nombre. Le groupe des musulmans se réunit autour du Prophète dans la maison de l'un d'eux, Al-Arqam, pour écouter la récitation et l'explication des versets du Coran déjà révélés ; la révélation du Coran, qui continue à se faire, fortifie les croyants face à leurs épreuves… Passant un jour près de Yâssir et sa femme Sumayya alors qu'ils subissent des coups, le Prophète leur dit : "Patience, famille de Yâssir ! Votre rendez-vous est le Paradis" (ZM 3/22). De fait, ces deux personnages mourront sous les coups de leurs bourreaux mecquois. Bientôt le Prophète demande à ses disciples d'émigrer : "Il y a en Abyssinie un roi auprès de qui personne ne subit d'oppression. Si vous émigriez dans ce pays jusqu'à ce que Dieu vous facilite les choses (ici) ?" (FB 7/237). Une quinzaine de musulmans (dont 4 femmes) embarquent alors de Jeddah, port de la Mer Rouge, pour l'Abyssinie voisine ; cela se passe alors que cinq années ont passé depuis la première révélation (deux années depuis le début de la prédication publique). Les Quraysh envoient deux émissaires essayer de monter le Négus contre leurs compatriotes musulmans, pour qu'il les renvoie à la Mecque ; cependant, le Négus, ayant entendu les deux parties, déboute les deux émissaires, qui rentrent bredouilles (ZM 3/28-29). Les musulmans installés en Abyssinie recevront bientôt une fausse nouvelle disant que les Mecquois se sont convertis à l'islam : de nombreux d'entre eux rentreront alors au pays, mais ce sera pour constater que les choses ont, au contraire, empiré : cette fois un groupe de plus de 80 personnes partira pour l'Abyssinie (FB 7/238).

n.b: veuillez lire les épisodes précédents pour pouvoir suivre les péripéties

ROUTE DE LA VERITE - Blog créé avec ZeBlog