Calendrier

« Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Islam Lover

Islam Lover Le respect, l'amour, la fraternité, la justice, la solidarité, le dialogue.... et encore, tels sont les principes nobles de l'islam que nous avons appris dans le Coran et que nous a enseigné notre meilleur exemple : le Prophète saws. L’islam est la religion qu’ALLAH a agréée pour tous les êtres humains. C'est une religion de paix, qui dénonce la terreur, l'injustice, et l'inflexibilité. J'invite toute l’humanité à découvrir l'islam sans préjugés, et j'invite tous les musulmans à éduquer leurs enfants selon les principes nobles et universels de l'islam. Je vous invite à découvrir ici le berceau de mon cœur et je prie ALLAH qu’il soit satisfait de nous pour que nous soyons vraiment la meilleure communauté qu’ait été fait surgir pour les Hommes. Salam alaykoum

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Chape de plomb médiatique sur la bataille des ventres vides

Par Islam Lover :: mardi 15 mai 2012 à 2:48 :: Al-Aqsa dans notre coeur

Chape de plomb médiatique sur la bataille des ventres vides


Patrick O. Strickland - The Palestine Chronicle

Titre original : Bataille des ventres vides et printemps palestinien

Khader Adnan et Hana Shalabi sont deux figures de la résistance qui ont fait entendre leur voix et leur souffrance en entamant une grève de la faim.

(JPG)
Le 4 mai, des Palestiniennes participent à une veillée à l’extérieur de l’église de la Nativité à Bethléem en solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim - Photo : AFP/Musa Al Shaer

C’est pourquoi, plus de 1500 prisonniers Palestiniens ont suivi l’exemple de leurs pairs et se sont engagés dans une campagne de grève de la faim massive à l’intérieur des prisons militaires israéliennes.

Cette démarche vise à lancer un appel pour l’arrêt immédiat de la politique de la détention administrative et du recours excessif à l’isolement cellulaire. Ils exigent par ailleurs que soient améliorées leurs conditions de vie et qu’ils puissent bénéficier des visites familiales et de l’accès aux documents éducatifs.

En résumé, les Palestiniens grévistes de la faim réclament tout simplement une chose qui leur a été systématiquement refusée : leur dignité.

Mais il faudrait mettre la lumière sur un constat très important. Israël n’est pas le seul acteur qui nie aux Palestiniens leurs droits humains fondamentaux. En effet, il n’y a aucun doute sur le rôle des médias et des gouvernements occidentaux qui n’ont pas pris la peine d’afficher une attitude ferme sur la situation désespérée des prisonniers palestiniens qui sont en train de mener une campagne massive de résistance pacifique.

Dans les médias, les cas de l’Égypte, de la Tunisie et de la Syrie ont été reconsidérés car devenus à caractère lucratif. Les médias ont vu leurs profits augmenter du fait de la description hautement commercialisée du Printemps Arabe avec ses grandes foules de jeunes renversant les dictateurs tyranniques par le biais des Iphones et de Facebook. Pour leur part, les Palestiniens continuent cependant d’être représentés comme de simples groupes désordonnés, des laissés-pour-compte, des lanceurs de pierre, des pirates et des kamikazes.

Le soutien de l’administration Obama aux soulèvements arabes a été limité à ces pays qui ont promis de garantir l’hégémonie US au Moyen-Orient. Lorsque l’heure de la fin fut imminente, Hosni Moubarak et Zine El Abidine Ben Ali ont été vivement exhortés à quitter le pouvoir et à laisser la place à la démocratie. Quant à la Libye, et puisque Kadhafi avait une prise tenace et obstinée sur le pétrole, l’OTAN n’a trouvé de mieux que d’offrir ses modestes services pour permettre aux rebelles de renverser au plus vite le régime.

S’agissant du Bahreïn, la monarchie s’est retrouvée face à des manifestants qui menaçaient son rôle garantissant à la Marine US une place pour stationner sa 5ème Flottille entre l’Iran et les champs pétroliers abondants de l’Arabie Saoudite. Dans ce cadre, les Etats-Unis avaient estimé que l’occupation militaire étouffante d’Israël défendait mieux les desseins impériaux américains qu’une simple histoire Palestinienne d’autodétermination.

En Cisjordanie, lorsque les militants palestiniens viennent à être arrêtés après s’être heurtés à la ségrégation des policiers ou dans les bus réservés exclusivement aux Juifs, l’Occident ne daigne pas rapporter de tels faits. Lorsque des jeunes femmes issues de villages proches de Ramallah marchent pacifiquement vers une source d’eau douce qui leur appartenait autrefois, avant que des colons aux idéologies extrémistes ne viennent les voler, aucune couverture médiatique ne s’est intéressée à l’évènement.

Et même lorsque Marwan Barghouti, prisonnier et figure emblématique du Fatah a lancé un appel à tous les Palestiniens pour s’engager dans une résistance civile généralisée dans le but de dénoncer les politiques arbitraires de l’occupation, les concepts ancrés chez la population occidentale sont restés inchangés, à savoir que les Palestiniens sont toujours des « terroristes »

Ce regard porté sur les Palestiniens persiste même lorsque 1500 Palestiniens ont décidé de défier leurs oppresseurs en lançant une grève de la faim massive. A ce titre, les experts continuent à supposer, par ignorance, que les Palestiniens sont à l’abri du « Printemps Arabe »

C’est faux. Les Palestiniens ne sont pas à l’abri de la contagion de la ferveur révolutionnaire qui s’est propagée dans tout le Moyen-Orient. Il faut dire que, historiquement parlant, les Palestiniens avaient déjà donné l’exemple en 1987, date à laquelle ils avaient conduit la Première Intifada.

Alors, imaginons un peu que se soit Gilad Shalit qui ait entamé une grève de la faim pendant sa détention par le Hamas. Plus loin encore, essayons d’imaginer si 1500 prisonniers iraniens avaient cessé de se nourrir pour protester contre leur régime. En effet, les unes de tous les journaux auraient explosé de mots d’indignation contre les geôliers.

La poétesse Palestinienne Raffef Ziadah a dit : « Notre printemps Palestinien est né enchaîné dans un lit d’hôpital ». Plus de dix grévistes de la faim ont été hospitalisés. Bilal Diab et Thaer Halalheh qui ont dépassé le cap des 70 jours seraient dans un état critique, voire à deux pas de la mort.

C’est pour dire que ces estomacs vides viennent mettre en évidence une tendance générale déjà connue : l’indifférence du monde entier envers le printemps palestinien.

Patrick O. Strickland est un écrivain freelance qui vit et voyage en Israël et en Palestine. Il travaille sur le terrain et publie ses dépêches sur son blog http://www.patrickostrickland.com, et contribue avechttp://www.PalestineChronicle.com

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
ROUTE DE LA VERITE - Blog créé avec ZeBlog