Calendrier

« Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Islam Lover

Islam Lover Le respect, l'amour, la fraternité, la justice, la solidarité, le dialogue.... et encore, tels sont les principes nobles de l'islam que nous avons appris dans le Coran et que nous a enseigné notre meilleur exemple : le Prophète saws. L’islam est la religion qu’ALLAH a agréée pour tous les êtres humains. C'est une religion de paix, qui dénonce la terreur, l'injustice, et l'inflexibilité. J'invite toute l’humanité à découvrir l'islam sans préjugés, et j'invite tous les musulmans à éduquer leurs enfants selon les principes nobles et universels de l'islam. Je vous invite à découvrir ici le berceau de mon cœur et je prie ALLAH qu’il soit satisfait de nous pour que nous soyons vraiment la meilleure communauté qu’ait été fait surgir pour les Hommes. Salam alaykoum

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Révélations d’un garçon utilisé comme bouclier humain par les soldats israéliens

Par Islam Lover :: samedi 16 octobre 2010 à 16:31 :: Al-Aqsa dans notre coeur

Révélations d’un garçon utilisé comme bouclier humain par les soldats israéliens

Rami Almeghari - E.

 

 

 

 

C’était un lundi 4 octobre à Gaza city. Détendu dans l’appartement familial du quartier Tel al-Hawa, le petit Majid Rabah, âgé de 11 ans affichait un large sourire qui se dessinait sur son visage. Et pour cause, il venait d’apprendre que le tribunal militaire israélien a condamné les deux soldats israéliens qui l’avaient autrefois utilisé comme bouclier humain.

                                

                                                          

                                                                         Majid Rabah

 

L’affaire remonte au 14 janvier 2009. L’incident s’était produit durant les vingt-deux jours de l’invasion et des bombardements d’Israël sur la Bande de Gaza, tuant 1400 palestiniens (majoritairement des femmes et des enfants) et blessant des milliers d’autres.

La mère de Majid, Effaf Rabah revient sur cette journée marquée par les bombardements israéliens intensifs sur Tel al-Hawa et raconte comment, en compagnie de Majid et de ses deux sœurs, elles avaient pris refuge dans le sous-sol de l’immeuble, fuyant les missiles et les obus des tanks israéliens.

Elle précise également que plusieurs familles s’étaient abritées dans le même sous-sol. Elles avaient apporté des valises et des sacs remplis de lait et de nourriture pour leurs enfants.

Un jour, nous relate Effaf Rabah, plusieurs soldats israéliens entrèrent par effraction dans le sous-sol, emmenèrent les hommes et rassemblèrent les femmes et les enfants. Elle se rappelle aussi ce moment cruel où les deux soldats approchèrent, firent sortir Majid du groupe et le placèrent devant eux, en direction des sanitaires.

Majid, toujours souriant, se remémore ce jour et cet instant et raconte : « ils m’ont saisi et j’ai mouillé mes vêtements (j’ai uriné) », et d’ajouter : « Ils ont soupçonné un sac. Le croyant piégé, ils m’ont sommé de l’ouvrir, mais je n’avais pas compris ce qu’ils disaient ». Ensuite, l’un d’eux m’a giflé et a criblé le sac de balles.

De ce fait, l’offensive terminée, la maman de Majid a été incitée et encouragée par des amis et proches de la famille, à poursuivre l’affaire de son fils avec la section palestinienne d’une organisation non-gouvernementale Internationale pour la Défense des Enfants.

En novembre 2009, la mère et l’enfant ont été convoqués et se sont déplacés vers la partie israélienne du passage frontalier d’Erez, pour s’entretenir et discuter de l’affaire avec un officier de l’armée israélienne.

Quelque temps après, soit au troisième jour du mois de mai dernier, Effaf, Majid et leur avocat ont été rappelés à Erez pour rencontrer un procureur israélien. Le lendemain, les trois personnes ont été conduites à Beer al-Sabe, dans le sud d’Israël, pour faire une déposition lors du tout premier procès dans l’histoire de la violation des droits humains pendant l’attaque israélienne.

« Je ne m’attendais pas à ce que mon fils s’arme de courage et s’exprime avec tant d’aisance et de facilité sur ce qui s’était passé dans le sous-sol. Maintenant que justice est faite, nous sommes soulagés de savoir que les deux soldats ont été inculpés par la Cour », confie Effaf.

Les soldats pourraient encourir jusqu’à trois ans de prison.

Ce moment de justice qui fait le bonheur de la famille Raba est un fait extrêmement rare. L’incident survenu ce jour-là dans le sous-sol, sous les yeux de la famille Rabah et des voisins se produit fréquemment dans toute la Bande de Gaza. Tant que la machine de guerre israélienne continue de sévir, il y a en face une population estimée à 1,5 millions de personnes, terrorisée et traumatisée par les bombardements incessants, jour et nuit, 24h/24, abasourdie par les survols des avions militaires et perturbée par des attaques et incursions au sol qui ont détruit des quartiers entiers et ont poussé des milliers à fuir.

Selon des enquêtes conduites par plusieurs groupes de défense des droits humains ainsi que le rapport de la commission Goldstone, des soldats israéliens ont commis des assassinats de sang froid contre des civils désarmés, utilisé des civils comme boucliers humains, harcelé tant d’autres et même dérobé de l’argent et des cartes de crédit à des familles de Gaza. Le rapport Goldstone avait conclu, à cet effet, que la plupart des crimes présumés correspondaient à des crimes de guerre et à des crimes contre l’humanité.

Dans ce contexte, un comité de suivi du Conseil des Nations Unies pour les Droits de l’homme avait, la semaine dernière, conclu que les autorités israéliennes n’avaient pas mené des enquêtes crédibles au sujet des accusations et des preuves relevées dans le rapport Goldstone.

Pour rappel, l’armée israélienne est coutumière de l’usage des boucliers humains lors de ses diverses invasions sur la Cisjordanie et la Bande de Gaza. En 2005, la Cour Suprême israélienne avait décrété que la pratique était illégale. On dénombre à ce sujet plus de 150 plaintes contre les agissements des soldats israéliens pendant les toutes dernières attaques sur Gaza, dont 36 considérées potentiellement comme des crimes de guerre.

Selon le quotidien israélien Haaretz, seulement 47 affaires ont fait l’objet d’une enquête tandis que la plupart ont été classées sans suite. (« L’IDF ne peut pas jouer le rôle de victime face à ses actions à Gaza, » Le 5 octobre 2010).

Majid, qui fêtera bientôt ses 12 ans, se dit enchanté de la décision de la Cour. Interrogé s’il pense être sujet, un jour, à un autre harcèlement de la part des soldats israéliens, le garçon souhaite ne pas revivre la même situation dans l’avenir. Un avenir qu’il résume avec beaucoup d’espoir puisqu’il avoue : « si la paix est instaurée, nous, enfants de la Palestine ainsi que les enfants d’Israël pourrons jouir de la concorde et vivre en paix plutôt que de subir les affres de la guerre ».

 

 

* Rami Almeghari est journaliste et conférencier universitaire vivant dans la bande de Gaza.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
ROUTE DE LA VERITE - Blog créé avec ZeBlog