Calendrier

« Avril 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Islam Lover

Islam Lover Le respect, l'amour, la fraternité, la justice, la solidarité, le dialogue.... et encore, tels sont les principes nobles de l'islam que nous avons appris dans le Coran et que nous a enseigné notre meilleur exemple : le Prophète saws. L’islam est la religion qu’ALLAH a agréée pour tous les êtres humains. C'est une religion de paix, qui dénonce la terreur, l'injustice, et l'inflexibilité. J'invite toute l’humanité à découvrir l'islam sans préjugés, et j'invite tous les musulmans à éduquer leurs enfants selon les principes nobles et universels de l'islam. Je vous invite à découvrir ici le berceau de mon cœur et je prie ALLAH qu’il soit satisfait de nous pour que nous soyons vraiment la meilleure communauté qu’ait été fait surgir pour les Hommes. Salam alaykoum

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

la précarité, c'est?

Par Islam Lover :: dimanche 02 avril 2006 à 14:35 :: Coup de Coeur!

La précarité professionnelle peut se définir comme une incertitude importante quant à son avenir professionnel.

 

C'est une notion fortement subjective et relative, puisqu'elle est définie par rapport à ce qu'on peut considérer comme la "norme". Ainsi, selon la situation, plein emploi ou non, selon le code du travail en vigueur, mais aussi selon le type de société, de modèle social ou de culture la notion de précarité sera différente.

 

 

 

En France

Contexte politique

Le thème de la précarité est repris, de manière récurrente, par une partie de la classe politique française.

 

Une certaine aversion au risque et une résistance au changement, sont souvent désignés comme étant à l'origine de la postion centrale donnée au thème de la précarité, tout comme ils peuvent l'être du principe de précaution, installé au sommet de la hiérarchie de la norme juridique, par son introduction, en 2005, dans le préambule de la Constitution.

 

A l'inverse, et de manière plus positive, cette place donnée au thème de la précarité, s'inscrit dans la tradition humaniste française, qui défend les droits fondamentaux, et plus particulièrement, le droit à des conditions de vie satisfaisantes, en plaçant ainsi l'Homme au centre du monde, et en préférant les valeurs humaines aux valeurs économiques.

 

La situation

Légalement le contrat "standard" est le CDI ; la précarité est donc surtout évoquée à propos des contrats dits “ précaires ” (au sens où ils offrent moins de garanties), les contrats à durée déterminée (CDD) ou l'intérim, au terme desquels le salarié a de forts risques de se retrouver en situation de chômage.

 

D'autres situations remettent en cause la continuité de l'emploi, y compris dans le cadre de contrats à durée indéterminée, et peuvent entraîner un sentiment de précarité :

 

la mauvaise santé économique de son entreprise,

le risque de décisions de l'employeur pouvant entraîner des fermetures de site, déplacement d'atelier...

les situations peu protégées comme celles des travailleurs indépendants ou des responsables de petites entreprises dont le revenu est directement lié aux aléas de la demande de leurs clients,

les changements d'objectifs de l'employeur sans remise en cause de la continuité de l'emploi, c'est alors la nature de l'emploi qui est précaire (cas des fonctionnaires soumis aux aléas politiques),

l'instabilité des lieux d'affectation (personnels non titulaires de postes).

A l'instar du salaire, la précarisation de l'emploi peut constituer une variable d'ajustement de l'économie. A ce titre, les travailleurs peu qualifiés peuvent être les plus touchés par la précarité. A une plus petite échelle, les employeurs ont recours aux contrats précaires pour :

 

accompagner les fluctuations économiques, en reportant les aléas de la demande sur les salariés, tout en évitant les contraintes liées au licenciement de salariés sous contrat à durée indéterminée,

éviter d'atteindre un effectifs de salariés en contrat à durée indéterminée, situation qui peut ammener une augmentation des exigences réglementaires applicables, ou dépasser des quotas d'emploi statutaires

diverses autres raisons comme la substitution des périodes de congés par des périodes de chomage (cas de certaines compagnies aériennes qui utilisaient des hôtesses en CDD renouvelés quelques semaines après leur interruption).

Luttes sociales

Les revendications des travailleurs s'estimant en situation de précarité tendent à s'amplifier. Alors que la précarisation des conditions de travail était considérée par les syndicats comme un obstacle pour les revendications des salariés, des grèves longues et médiatisées ont mobilisé dans les années 2000-2003 des travailleurs précaires de différents secteurs tels que le commerce, la restauration rapide et le nettoyage : grève d’un an d’une trentaine de femmes de ménage africaines d’Arcade, sous-traitant du groupe hôtelier Accor, deux longues grèves, de quatre mois et d’un an, dans un restaurant McDonald's parisien en 2001-2002 et 2003-2004, grève de plusieurs mois de cuisiniers sri-lankais et africains etc.

 

Malgré l'implication de syndicats comme SUD ou la CNT, ces mouvements ont surtout bénéficié de l'appui de comités de soutien particulièrement actifs regroupants des militants d'origines très diverses (syndicalistes, membres de partis politiques, d'associations comme ATTAC etc.).

 

Les principales organisations militantes agissant dans la lutte contre la précarité en France sont AC ! et le réseau Stop précarité.

Précarité relationnelle

La précarité relationnelle est un état d'instabilité des relations, entre individus, au sein de la société, se traduisant par un apauvrissement des interactions sociales, voire à l'isolement social.

 

Au sein de la famille

La cellule familiale, pilier de la société dans la plupart des traditions religieuses du monde (judéo-chrétiennes, musulmanes, etc.), est aujourd'hui questionnée par les nouveaux modes de vies induites dans les sociétés occidentales. La disparition progressive des contraintes culturelles, religieuses, et morales, a redéfini le sens de la cellule familiale.

 

Plusieurs points expliquent cette nouvelle distance relationnelle :

 

La nette augmentation des divorces

L'augmentation du nombre de familles mono-parentales

L'éloignement entre les individus d'une même famille (soit inter-générationnelle avec le dèveloppement des maisons de retraites, soit au sein des couples (métiers nécessitants de fréquents déplacements éloignant le couple), ou encore l'éloignement imposé par la scolarité (surtout pour les études supérieures).

Voir aussi : Zygmunt Bauman, La société liquide

 

Entre individus

La société paysanne du début du XXe siècle était notamment marquée par deux phénomènes :

 

Peu de différences sociales entre les individus

Une exigence de solidarité entre paysans, marqué par les exigences du climat (période des vendanges, moissons, hiver). Ces périodes demandaient une collaboration entre les individus, et donc des liens affectifs, et des notions morales comme le respect de la parole donnée.

Actuellement, la diversification importante des activités industrielles, commerciales et tertiaires, a changé la société. Le travail en commun est différent, les différences sociales ont évolué, la société n'est plus conditionnée par le climat, et même de moins en moins par l'alternance jour-nuit. L'attachement a un lieu géographique s'est réduit et il est devenu rare qu'une personne ne déménage qu'une seule fois de sa vie. Ces nouvelles données entraînent une certaine précarité des relations humaines.

 

Précarité des conditions de vie

Les urbains qui n'ont pas accès à la location, pour des raisons financières, ou liées à des différences culturelles entre bailleurs et locataires, sont souvent réduits à trouver des logements alternatifs, temporaires, parfois peu salubres.

 

Voir aussi : cabanisation, bidonville, sonacotra, squatt, expulsion, SDF

 

Effets de la précarité

On prête à la précarité de nombreux effets négatifs, pouvant avoir un impact global sur le corps social :

 

dégradation des conditions de travail (un travailleur en situation précaire n'est pas en position de force pour défendre ses droits)

difficultés à dévolopper une vie sociale (quitter le domicile parental, fonder une famille...)

révolte sociale (les salariés en situation précaire votent plus facilement pour des partis extrémistes)

dégradation de la santé physique ou mentale

Des enquêtes américaines, ont établi que les facteurs suivant (dont l'origine peut être la précarité) sont des facteurs de risque pour la santé :

 

l'absence d'estime de soi,

le sentiment de dévalorisation personnelle

le manque d'autonomie dans son travail,

le sentiment de ne pas utiliser toutes ses compétences,

le sentiment de ne pas recevoir l'estime que l'on pense mériter,

 

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://trullyislam.zeblog.com/trackback.php?e_id=27154

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
ROUTE DE LA VERITE - Blog créé avec ZeBlog