Calendrier

« Juillet 2006 »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Islam Lover

Islam Lover Le respect, l'amour, la fraternité, la justice, la solidarité, le dialogue.... et encore, tels sont les principes nobles de l'islam que nous avons appris dans le Coran et que nous a enseigné notre meilleur exemple : le Prophète saws. L’islam est la religion qu’ALLAH a agréée pour tous les êtres humains. C'est une religion de paix, qui dénonce la terreur, l'injustice, et l'inflexibilité. J'invite toute l’humanité à découvrir l'islam sans préjugés, et j'invite tous les musulmans à éduquer leurs enfants selon les principes nobles et universels de l'islam. Je vous invite à découvrir ici le berceau de mon cœur et je prie ALLAH qu’il soit satisfait de nous pour que nous soyons vraiment la meilleure communauté qu’ait été fait surgir pour les Hommes. Salam alaykoum

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

communiqué du professeur Amr Khaled à propos de l'offenssive israélienne titanesque contre le liban frére

Par Islam Lover :: lundi 31 juillet 2006 à 10:59 :: Actualité

بسم الله الرحمن الرحيم

 

بيان عمرو خالد حول الإعتداء الإسرائيلي على لبنان

 

1.   إننا نؤمن أن الله سبحانه وتعالى هو المالك القادر المطلع ينصر المظلومين وينتقم من المعتدين ولذلك فإن أول ما نملكه الآن كشعوب عربية ومسلمة أن نبتهل إليه سبحانه أن يغيث المنكوبين، وأن ينتقم من المعتدين، وإننا نوقن أنه سبحانه يستجيب إذا رفعت الأمة بأكملها أيدي التضرع إلى الله، وتابت إليه توبة نصوحا، ولجأت إليه بصدق وإلحاح، فهو القادر أن ينتقم من المعتدين الظالمين، وينصر المستضعفبن. وإن واجبنا الأول الآن هو التضرع إلى الله بالدعاء وخاصة في وقت السحر. "فدعا ربه أني مغلوب فانتصر، ففتحنا أبواب السماء بماء منهمر، وفجرنا الأرض عيونا فالتقى الماء على أمر قد قدر."

2.   ونحن نرى الطائرات الإسرائيلية تدك قرى ومدن ومدارس ومستشفيات البلد المسالم لبنان، فتقتل نساء وأطفالا، وتستبيح آراض مسالمة، كنا ننتظر رؤية الجيوش العربية والطائرات العربية والصواريخ العربية تدفع الإعتدء الذي يقع على الأرض العربية. فإذا لم تتحرك هذه الجيوش والطائرات والصواريخ، فما هي الحكمة من وجودها إذن؟ ومتي ستتحرك إن لم يكن الآن؟  "وما لكم لا تقاتلون في سبيل الله والمستضعفين من الرجال والنساء والولدان الذين يقولون ربنا أخرجنا من هذه القرية الظالم أهلها واجعل لنا من لدنك وليا واجعل لنا من لدنك نصيرا".

3.   إننا نؤكد جميعا مسلمين وغير مسلمين في كافة أنحاء الأرض أننا في انتظار قيام الهيئات الإغاثية المتخصصة بمد خطوطها فورا دون تردد أو انتظار كي نؤدي ما علينا تجاه إخواننا وأخواتنا وآبائنا وأمهاتنا وأبنائنا وبناتنا في لبنان، فنداوي الجرحى، ونأوي من تهدم بيته، ونواري جثث القتلى. ويؤسفنا أن يكون هذا هو كل ما نملك أن نقدمه في عالم أصبح الحق فيه في جانب ، والقوة في الجانب الآخر.

4.   نتقدم إلى أصحاب الضمائرونتسائل إلى متى سيظل العالم يُمتطى من قبل الإرهابيين وسفكة الدماء والمعتدين؟ لابد من وقفة عالمية

                                                       الداعية الإسلامي

                                                       عمرو خالد

Attendez la traduction

un nouveau massacre sioniste au village de Cana

Par Islam Lover :: lundi 31 juillet 2006 à 11:53 :: Actualité

58 martyrs libanais dont 21 enfants lors d'un nouveau massacre sioniste au village de Cana
Jul 30, 2006, 18:47

Beyrouth – CPI


Dans un nouveau crime sioniste, 58 citoyens libanais dont 21 enfants sont tombés en martyre, aujourd'hui 30/7, au village de Cana au sud du Liban.

Des sources sécuritaires libanaises ont déclaré que les avions militaires sionistes ont lancé plusieurs missiles sur un bâtiment habité de trois étages, où plus de 100 libanais se sont cachés, la plupart sont des femmes et des enfants, en tuant 58 libanais dont 21 enfants.

Les sources ont affirmé que plusieurs corps sont sous les décombres du bâtiment et que les équipes de sauvetage n'ont pas pu sortir tous les corps des martyrs.

On cite que le village de Cana a témoigné un premier massacre sioniste le 18 avril 1996, lorsque les forces occupantes ont bombardé une position des casques bleus de l’ONU, et ont tué 105 civils libanais qui cherchaient refuge pour échapper aux violences de l’opération terroriste israélienne "les raisins de la colère" contre le sud du Liban.

© Déposer 2003 par palestine-info.cc

Caricature: QANA

Par Islam Lover :: lundi 31 juillet 2006 à 12:10 :: Pensées

L’alter mondialisation

Par Islam Lover :: lundi 31 juillet 2006 à 12:56 :: Coup de Coeur!

L’alter mondialisation : djihad, résistance ou révolution ?

par Fatima Zahra Lahrizi

mardi 31 mai 2005

 

Sur fond d’inégalité de plus en plus croissante, de disparités criantes entre Nord et Sud et d’équilibre écologique de moins en moins garanti, quoi de mieux que réunir un grand islamologue et un illustre professeur de management pour relancer le débat sur la mondialisation. A l’instigation du collectif Présence musulmane Canada, les professeurs Omar Aktouf et Tariq Ramadan ont été conviés, le 13 mai dernier, à livrer leurs positions sur la globalisation, lors d’une rencontre sous le titre l’alter mondialisation : djihad, résistance ou révolution ?

Agir autrement, combattre l’esprit individualiste et résister au diktat de la pensée néolibérale, telles ont été les principales questions qui ont animé les réflexions de deux grands chercheurs de renommé internationale, Omar Aktouf- professeur de management à HEC Montréal- et Tariq Ramadan- professeur d’islamologie à l’Université de Fribourg, lors d’une conférence consacrée à l’alter mondialisation. Intellectuels engagés et auteurs prolifiques, ils ont plus de trois heures durant invité le public montréalais à réfléchir sur une globalisation en panne d’éthique et de respect des valeurs universelles. Pourrons-nous dire que c’est plutôt notre conscience qui a été exhortée, tout au long de cette soirée du 13 mai, d’évaluer les résultats de la mondialisation et de mesurer ses conséquences sur des pans entiers de notre planète, à coups de chiffres insolents : 3 milliards d’individus vivent avec 2 dollars par jour tandis qu’une vache américaine perçoit 3 dollars par jour de subventions ; certains dirigeants d’entreprises nord-américains encaissent 6000 à 73.000 dollars de l’heure. Au Canada, un citoyen sur six, vit dans un niveau de pauvreté et aux USA, 40 à 60 millions d’habitants sont exclus d’une couverture sociale. Des chiffres qui horripilent, inquiètent et provoquent, issus tout droit des recherches menées par M. Aktouf. L’auteur de la stratégie de l’autruche s’insurge contre un commerce mondial à deux vitesses et souligne que l’alter mondialisation, question qui touche toute l’humanité, est sûrement une résistance et sera certainement une révolution si certains s’obstinent à tirer de la globalisation des profits insensés en condamnent des milliards d’individus à l’exclusion.

La science sans conscience...

« Depuis les années 70, aucun pays pauvre n’est sorti de la pauvreté » rappelle-t-il. « Depuis le dernier tiers du 20ème siècle, le gâteau mondial des richesses rétrécit de plus en plus. D’où le problème néolibéral : comment conserver la part des plus riches et comment faire grossir le gâteau quand celui-ci ne grossit plus ? ». Selon M. Aktouf, nous vivons dans l’ère de la folie financière. L’économie, elle, est morte ! La rationalité, aujourd’hui, signifie injecter l’argent public dans le privé. « Ils finiront sans doute par nous faire payer l’air qu’on respire, à l’heure où certains n’ont aucun scrupule à réclamer la privatisation de l’eau » ironise l’invité de la soirée. L’alter mondialisation, tel que la définit l’auteur du management entre tradition et renouvellement, c’est s’inscrire contre cette mondialisation néolibérale, imposée comme une bouée de sauvetage, dans l’ère de la 5ème période de l’extinction des espèces, qui compte de plus en plus de chômeurs, de pollueurs et de pilleurs de ressources.

Devant un tel tableau noir, l’islam constituerait-il une alternative ? Réponse de Tariq Ramadan : Oui, il peut contribuer à apporter des réponses éthiques mais la conscience musulmane n’a pas produit d’alternative ! « Il y a des pays musulmans, alliés de la puissance américaine, qui sont à très l’aise avec ce système dominant », observe-t-il. Et d’en faire sienne la pensée de Rabelais : La science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Selon M. Ramadan, il serait lâche au sein de notre propre communauté de ne pas dénoncer ce qui se passe. Et d’ajouter que la critique de la mondialisation passe avant tout par notre propre autocritique et par l’action pour en finir avec un présent situé entre un passé idéalisé et un avenir rêvé. 

Djihad ou effort

« Il faut mettre du sens dans ce que nous faisons. C’est cela la résistance, cette notion de Djihad et d’effort. L’auteur de L’islam en question note que le monde musulman dispose de grandes potentialités de résistance mais ne les exploite pas. Il s’adapte à la mondialisation. Autrement dit, il accepte la domination ; il démissionne. En décembre 2004, Ignacio Ramonet avait signé sur les colonnes du Monde diplomatique « M. Bush finira-t-il également par accepter que les aspects négatifs de la mondialisation (misère aggravée des pauvres, injustices planétaires, rivalités régionales, dérèglements climatiques, etc.) peuvent dégénérer en affrontements si on ne leur oppose pas une concertation multilatérale ? Et qu’une puissance ne peut prétendre à elle seule imposer la loi ? » A ces pratiques américaines dépourvues de morale et de principes de justice et d’égalité, Omar aktouf oppose la stratégie suivante : restituer aux pays pauvres une partie des richesses pillées pendant plusieurs décennies, imposer aux multinationales des taxes au profit de la mise à niveau dans les régions du Sud, sortir de la zone dollar et indemniser l’Afrique suite à deux siècles d’esclavage.

Dénoncer, Agir, combattre les injustices, multiplier de par le monde des sociétés civiles créatrices d’idées, tel nous paraît le scénario de la dernière chance pour que nous ne soyons jamais réduits à répondre de notre passé.

Fatima Zahra Lahrizi


 

 

Mohammed, le loyal !

Par Islam Lover :: lundi 31 juillet 2006 à 14:55 :: Miséricorde pour l'Univers

Mohammed, le loyal ! 

Par R. Elmanaoui                                         

 

La tradition musulmane attribue plus de deux cents surnoms au Prophète Mohammed. Mais l’épithète qui est le plus souvent substitué à son nom est « As-Sadik », c’est à dire « le loyal » « le sincère ». C’était là en effet le trait dominant de son caractère, sa ligne de conduite en toute circonstance. Deux situations vécues révèlent à quel point il était attaché à l’esprit de loyauté et à la règle de sincérité.

La première fois, ce fut quand le soleil entra en éclipse le jour même où décéda son fils Ibrahim. La foule ne tarda pas alors à dire que le phénomène était surnaturel, qu’il était lié à ce décès et que l’astre rayonnant partageait ainsi la tristesse du Prophète.

Un autre que lui, n’aurait pas manqué d’exploiter cet événement à son avantage, l’utiliser pour berner la foule afin d’acquérir son adhésion à sa cause, répandre le mythe d’une telle coïncidence pour le fixer dans les esprits comme étant un miracle, un signe de Dieu. Point de tout cela ! Le prophète, par loyauté et sincérité, laissa la dépouille de son fils à son domicile et convoqua les croyants à la mosquée pour leur tenir son discours : «  Qu’ont les gens à colporter que le soleil s’est éclipsé à cause du décès de mon fils Ibrahim ? Que l’on sache que le soleil et la lune sont deux signes de Dieu qui ne s’occultent ni pur la mort de qui que ce soit, ni pour sa vie. S’il vous arrive de les voir s’éclipser, accourez vite à la prière !».

Ainsi, le Prophète étouffa-t-il dans l’œuf les germes de l’irrationnel et de la superstition dont les mentalités de l’époque étaient férues. Se faisant violence en reportant à plus tard l’enterrement, il s’était hâter de ramener ses adeptes à la rigueur de la foi. Il récusait tout ce qui pouvait laisser croire que lui ou l’un des siens étaient doués de pouvoirs surnaturels.

La deuxième situation que vécut le Prophète et qui donne une idée du haut degré de sa rigueur morale est celle que reflète la précarité matérielle de la vie qu’il a menée. En effet, bien qu’exerçait le pouvoir durant vingt-trois années, rien ne fut moins proche de l’opulence d’un chef d’État que le genre d’existence que l’Envoyé de Dieu imposai à sa maison. Sa sobriété légendaire n’y était pour rien, car elle n’était pas synonyme d’ascétisme ou de propension à l’austérité. Son dépouillement résultait surtout de sa répugnance à utiliser à son profit l’argent du trésor public qui était pourtant à son entière disposition. Son foyer qui comptait plusieurs membres, était l’un des plus modestes de la communauté musulmane au point que son épouse Aicha, fille d’Abou Baker As-Siddiq (premier calife), ne manquait pas de rappeler en ces termes le genre de vie qu’elle avait vécut avec lui : « Nous vivions avec le Prophète des jours et des nuits sans avoir à manger et à boire que des dattes et de l’eau ».

De tous les nobles de Qoraich, Mohammed était l’un des rares à n’avoir jamais possédé un toit qui fût le sien, ni quelque argent à investir et à faire fructifié à son profit, malgré les succès qu’il avait obtenus dans sa jeunesse en montrant de véritables dispositions pour l’activité commerciale. Sans ressources il a vécu, et sans ressources il est mort ; ne laissant aux siens ni héritage immobilier, ni même un sou vaillant. N’avait-il pas dit de son vivant : « Nous les prophètes, ne sommes pas des personnes dont on hérite. Tout ce que nous laissons est destiné à l’aumône ».

ROUTE DE LA VERITE - Blog créé avec ZeBlog