Calendrier

« Juillet 2006 »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Islam Lover

Islam Lover Le respect, l'amour, la fraternité, la justice, la solidarité, le dialogue.... et encore, tels sont les principes nobles de l'islam que nous avons appris dans le Coran et que nous a enseigné notre meilleur exemple : le Prophète saws. L’islam est la religion qu’ALLAH a agréée pour tous les êtres humains. C'est une religion de paix, qui dénonce la terreur, l'injustice, et l'inflexibilité. J'invite toute l’humanité à découvrir l'islam sans préjugés, et j'invite tous les musulmans à éduquer leurs enfants selon les principes nobles et universels de l'islam. Je vous invite à découvrir ici le berceau de mon cœur et je prie ALLAH qu’il soit satisfait de nous pour que nous soyons vraiment la meilleure communauté qu’ait été fait surgir pour les Hommes. Salam alaykoum

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Le dialogue entre science et religion

Par Islam Lover :: samedi 29 juillet 2006 à 12:54 :: Avis aux scientifiques!
Le dialogue entre science et religion

 Par Bruno Guiderdoni                                                         

Astrophysicien

 

 

Le dialogue entre science et religion est en pleine expansion en ce début du 21ème siècle au niveau mondiale. C’est un dialogue qui s’est produit déjà depuis très longtemps puisque déjà dans la pensée grecque on en suit la trace, comme on en suit la trace au cours du moyen âge dans les pensées juives, chrétienne et musulmane. Puis il y a eu une période, surtout en occident, où on a pensé que science et religion avaient définitivement divorcé, l’affaire Galilée est la situation emblématique de ce divorce, et où finalement, après ce divorce, science et religion n’avaient plus rien à ce dire.

  Il se trouve que, en cette fin du 20ème siècle et début 21ème siècle, on trouve un intérêt nouveau à ce dialogue entre les résultats de la science ou l’interprétation philosophique qui en résulte et la réflexion à l’intérieur de la religion et principalement la réflexion théologique.

  Il y a plusieurs raisons à cela. La première raison, sans doute, vient de l’intérêt que les théologiens ont, et plus généralement les penseurs religieux, pour le monde. En effet, le rapport au texte, un texte qui est, pour les musulmans, est un texte éternel universel, le Coran, vivant encore ici et maintenant comme il était au moment de la révélation ; ce rapport au texte est quand même conditionné par regard des gens qui le lisent ; et croire à l’universalité du texte, est aussi penser que ici et maintenant en cette l’Europe et ce monde du 21ème siècle, nous avons la capacité de lire le texte et d’en tirer des enseignements pour aujourd’hui et a approcher le texte, nous devons l’approcher avec le regard des hommes et des femmes d’aujourd’hui ; ce regard qui est profondément informé par la science. Donc nous devons connaître la science pour mieux approcher les questions de nature spirituelle et théologique. C’est une première raison de succès du dialogue entre science et religion.

  Une autre raison vient d’un processus qui s’est déroulé au sein même de la science pendant le 20ème siècle, celui de mutations conceptuelles considérables qui se sont produites dès le début du 20ème siècle et qui se sont poursuivi pendant tout le siècle passé. Ces mutations ont vu apparaître  petit à petit de l’indéterminé, de l’indécidable, de l’incomplet à l’intérieur même de la science. Et loin d’être une défaite de la science, finalement, ces résultats sont une victoire de la science. Une victoire qui montre la maturité de la science. Mais elles ont rendu aussi – ces victoires – les scientifiques plus modestes d’un certain point de vu, puisque l’ancien paradigmes, celui du 19ème siècle où la science pensait pouvoir expliquer l’ensemble du réel. Cet ancien paradigme a volé aux éclats et les nouveaux paradigmes, ceux de la physique relativiste, ceux de la mécanique quantique, ceux qui se trouve aussi dans la théorie du KO, par exemple pour ne mentionner que la physique ; ou bien Les théorèmes d’incomplétude du coté des mathématiques. Ces nouveaux paradigmes sont beaucoup plus difficiles à interpréter que les paradigmes précédents. La physique, notamment la galiléenne par exemple,  pour laquelle une interprétation très simple ou même naïve était possible.

  Voilà maintenant des scientifiques qui sont en quête de sens, comme on dit maintenant, et qui sont à la recherche d’une interprétation, d’abord de nature philosophique, mais peut être aussi de nature spirituelle.. de nature herméneutique pour reprendre le mot du sens, une interprétation à leur pratique scientifique. Ces théologiens et ces scientifiques se retrouvent en une sorte de lieu commun, le discours philosophique sur l’interprétation de la science et sont les uns et les autres, peut être, les derniers à penser qu’il existe une réalité indépendante de nous.. une réalité difficile à approcher, que ce soit la réalité de Dieu, pour les croyants, ou la réalité du monde qui se dérobe qui résiste aux tentatives d’investigation de la science.

  Il y a, sans doute, une troisième raison qui motive l’intérêt actuel pour le dialogue entre science et religion. Ce sont les problèmes auxquels l’humanité doit faire face au niveau environnemental. Tout le monde a entendu parler des questions de réchauffement climatique, du problème de l’accès aux ressources en eau, du problème de partage des ressources entre les différentes aires culturelles, comme il y a des problèmes considérables qui se sont soulevé par la science au niveau des biotechnologies, de leur emploi, de la capacité qui nous est offerte maintenant pour manipuler le vivant.. tout cela nous obligera à l’avenir à prendre des décisions au niveau planétaire. Ces décisions devront être informées par la science. Mais il se trouve que les différentes aires culturelles n’ont pas le même rapport à la science. Comment prendre des décisions qui sont indispensable pour rassurer la survie de l’humanité si nous avons de part et d’autre des rapports différents à la science ?!

  Nous devons donc questionner ces rapports pour pouvoir préparer une réflexion commune qui est indispensable pour le salut de l’humanité.

  Enfin, une quatrième et dernière raison qui motive ce dialogue et qui peut être la plus importante, celle du dialogue inter-cévilisationnel et inter-religieux. En effet, la coexistence des religions est maintenant un fait, un fait inuit pour l’humanité, un fait inédit, il ne s’est jamais produit au cours des époques précédentes, c’est une donnée maintenant de la globalisation, de la mondialisation. Nous devons apprendre à parler ensemble, apprendre à nous écouter et à nous respecter. Ce dialogue inter-religieux est difficile. Il rencontre un certain nombre d’obstacles. Voilà à travers le dialogue avec la science, les religions peuvent aussi entrer en dialoguer les unes avec les autres, quand elles parlent de ce donné commun qui le monde, comme la science est un patrimoine commun à toute l’humanité.

  Ces quatre raisons font que, depuis quelques dizaines d’années, et singulièrement, depuis quelques années, le thème de dialogue entre science et religion a connu une expansion rapide surtout dans le monde occidental, mais aussi dans d’autres aire géographique et culturelle comme l’Inde ou la Chine par exemple. Et le monde musulman autant que tel doit participer à ce dialogue parce qu’il a au cours de son histoire profondément contribuer à façonner la science telle qu’elle est actuellement et la pensée philosophique du moyen age et de l’époque moderne à travers la contribution des grands philosophes musulmans ou des grands mutakalimouns (grands théologiens musulmans).

  C’est vrai que, depuis quelques siècles, le monde musulman a connu une période d’endormissement qui évidemment a été suivi d’une longue période de colonisation, intellectuelle surtout, et maintenant je pense qu’au niveau mondial la réflexion sur l’humanité, sur le rôle de la science au 21ème siècle attend des voix musulmanes pour contribuer sereinement à l’avenir de l’humanité, à l’exemple de ce qui s’est passé pendant la grande période classique de l’islam où les savants musulmans ont entrepris des traductions de tout un patrimoine intellectuel et culturel de leur époque et ont entrepris de rédiger des synthèse de ce patrimoine dans le tawhid, l’unification éternelle, le cœur même de la doctrine islamique ; donc on peut espérer que la contribution du monde musulman à l’avenir de l’humanité en ce 21ème siècle sera justement cette réaffirmation de tawhid, de ce paradigme d’unification qui manque tant à l’humanité qui est morcelée par des replis identitaires de différentes natures et qui en même temps se trouve victime d’une uniformisation liée à la mondialisation, une uniformisation culturelle ; alors on a uniformité et diversité là où on voudrai avoir unité et harmonie dans la diversité, et c’est cela qu’on peut espérer pour l’humanité du 21ème siècle.

 

  D'après Oumma.tv

De la part de "Cat Stevens"

Par Islam Lover :: samedi 29 juillet 2006 à 13:13 :: Bienvenu!
Comment j’en suis venu à l’Islam ?                          
 

Par cat stevens

...J’ai passé des moments difficiles parce que je devenais riche et célèbre et en même temps je recherchais sincèrement la vérité. Puis je passai par une étape où je décidai que le bouddhisme était une religion noble, mais je n’étais pas prêt à quitter ce monde, j’y étais trop attaché et donc pas prêt à devenir un moine pour m’isoler du reste de la société...

Tout ce j’ai à dire est tout ce que vous savez déjà, confirmer ce que vous savez concernant le message du prophète (prières et bénédiction sur lui) donné par Dieu, la religion de la vérité.

En tant qu’êtres humains, nous avons une conscience et un devoir qui nous a placé au-dessus de la création. L'homme a été créé pour être « le vicaire » de Dieu sur terre et il est important de mettre en pratique les obligations religieuses afin de se débarrasser de toutes illusions et faire de notre vie une préparation pour la vie dans l’au- delà.

Quiconque manque cette chance n'est pas susceptible d'en avoir une autre, parce qu'il est dit dans le Glorieux Coran que lorsque l'homme sera appelé pour rendre compte de ses actes, il dira :
« O seigneur renvois-nous sur terre et donne nous une autre chance ».
Le seigneur dira « si je vous renvois de nouveau vous ferez la même chose »

Ma première éducation religieuse

J'ai été élevé dans le monde moderne avec toutes ses parures.
Je suis né dans une famille chrétienne mais nous savions que chaque enfant naît avec sa propre nature et ce sont ses parents qui le dirigent vers une religion ou une autre.

Le Christianisme était ma religion et mon mode de vie, on m’a enseigné l’existence de Dieu, mais il n’y avait aucun lien direct avec Dieu,
nous devions communiquer avec lui à travers Jésus, il était en quelque sorte la porte pour accéder à Dieu.
Je l’acceptais plus ou moins ; mais j’émettais quelques réserves.

Je regardais les statues de Jésus, c’était simplement un amas de pierres sans vie. J’étais encore plus perplexe mais je n ‘avais aucune réflexion sur la question.
J’y croyais plus ou moins car je devais respecter la foi de mes parents.

Pop star:

Petit a petit, cette éducation religieuse m’aliénait.

J'ai commencé à faire de la musique. Je voulais être une grande star et tout ce que
je voyais dans les films et dans les médias s’emparaient de moi. Peut-être que cela représentait mon Dieu, cet unique but de faire de l'argent.
J'avais un oncle qui avait une belle voiture « eh bien, son avenir est assuré » me suis-je dit, il avait beaucoup d'argent.
Les personnes autour de moi me poussaient à croire que ce monde était leur Dieu.
Je décidais alors que cette vie me convenait parfaitement : avoir beaucoup d’argent, avoir la grande vie, mon exemple étaient les pop stars, j'ai commencé à faire des chansons, mais au plus profond de moi-même, j avais un sentiment d’humanité, le sentiment que si je devenais riche j'aiderais les nécessiteux (il est dit dans le Coran que lorsque nous faisons une promesse et que nous y arrivons, nous nous attachons à cette chose et nous devenons avides).

Ainsi, ce qui s’est passé est que je suis devenu très célèbre.
J'étais toujours un adolescent.
Mon nom et mes photos envahissaient les médias, ils ont fait de moi un être supérieur à la vie, ainsi j'ai voulu vivre en étant plus fort que celle çi et la seule manière d’y arriver était de m’enivrer (avec les boissons alcoolisées et les drogues)

                                                      A l’hôpital :

Après une année de réussite financière et un niveau de vie assez élevé, je suis tombé très malade en contractant la tuberculose et j ai dû être hospitalisé.

C'est alors que j'ai commencé à réfléchir : que m’arrivait il ?
Est-ce que j'étais juste un corps et mon but dans la vie était-il simplement de satisfaire ce corps?
Je réalisai à ce moment-là que cette calamité était pour moi une bénédiction d’Allah, une chance pour moi d'ouvrir les yeux.
Pourquoi suis- je ici, pourquoi suis- je dans ce lit, et je commençai à chercher les réponses à ces questions.

À ce moment-là, le mysticisme oriental intéressait beaucoup, j'ai commencé à lire et la première chose qui m’a attiré l’attention était la mort et que l âme est constamment en mouvement.

Je sentais que je me dirigeais vers le bonheur en route vers de grands accomplissements.
J'ai commencé à méditer et je suis même devenu végétarien.
A ce moment-là, je croyais en « peace and flower power » qui était la tendance actuelle.
Mais ce à quoi je croyais en particulier étais que je n'étais pas simplement un corps, c’ est à l’hôpital que j ai pris conscience de cela.

Un jour alors que je marchais il se mit à pleuvoir.
J'ai commencé à courir pour me mettre à l'abri et je me suis alors dit « attends une minute, mon corps est mouillé ; mon corps me dit que je suis mouillé ».
C’est alors que je me suis dit que le corps est comme un âne, il doit être formé en fonction de là où il doit aller autrement l'âne vous mène là où il veut aller.

Ainsi, j'ai réalisé que j avais une volonté, un cadeau donné par Dieu car suivre la volonté de Dieu était ce qui me fascinait dans les nouvelles orientations que j’apprenais dans la religion orientale :
J'avais aussi écrit une nouvelle chanson « The way to find God out» et je devenais encore plus célèbre dans le monde de la musique.

J’ai passé des moments difficiles parce que je devenais riche et célèbre et en même temps je recherchais sincèrement la vérité.
Puis je passai par une étape où je décidai que le bouddhisme était une religion noble, mais je n’étais pas prêt à quitter ce monde, j’y étais trop attaché et donc pas prêt à devenir un moine pour m’isoler du reste de la société.

J’ai essayé « le zen » et le « ching », la numérologie, les cartes et l’astrologie, j’ai essayé de regarder à nouveau dans la Bible et je n’y trouvais aucune réponse.
A cette période, je ne connaissais rien sur l’islam, puis ce que je vis comme un miracle se produisit.

Mon frère avait visité la mosquée à Jérusalem et fut grandement impressionné du fait que d’un côté, la vie battait de son plein (contrairement aux églises et aux synagogues qui étaient vides), et, d’un autre côté, une atmosphère de paix et de tranquillité régnait.

                                                     Le Coran :

Lorsqu’il rentra à Londres, il apporta avec lui une traduction du Coran qu’il me donna.
Il ne devint pas musulman mais il ressentait quelque chose dans cette religion et pensa que moi aussi j’aurai le même sentiment.

Et, lorsque je reçus le livre, (une direction qui m’expliquerait tout : qui j’étais ? quel était le but de ma vie ? Quel était la réalité et quelle serait la réalité, et d’où je venais ? Je réalisai que c’était la vraie religion - religion, pas dans le sens dans lequel l’occident le comprend, pas le type de croyance qui ne convient qu’à vos personnes âgées.

En occident quiconque souhaite embrasser une religion et en faire son unique mode de vie est taxée de fanatique.
Je n’étais pas un fanatique, au départ j’étais troublé par la question du corps et de l’âme.
Puis-je réalisai que ceux-ci n’était pas à part et que tu n’as pas besoin de s’isoler dans une montagne pour se rapprocher de Dieu.

Nous devons simplement suivre la volonté de Dieu pour avoir une position encore plus élevée que celles des anges.
A présent la seule chose que je voulais, était de devenir musulman.

Je réalisai que tout appartenait à Dieu, que le sommeil ne Le prenait pas.
Il a tout créé. A cet égard, je commençai à perdre ma fierté, parce que je pensais que la raison pour laquelle j’étais ici était liée à ma grandeur.
Mais je réalisai que je ne m’étais pas créé et que le but de ma présence ici, était de me soumettre à l’enseignement parfait de la religion que nous connaissons comme étant l’Islam.

A ce sujet, je commençais à découvrir ma foi, je sentais que je devenais musulman quand je lisais le Coran.
Maintenant je comprenais que tous les prophètes envoyés par Dieu apportaient le même message.

Alors pourquoi est-ce que les juifs et les chrétiens étaient différents ?
Je savais maintenant pourquoi les juifs n’acceptaient pas Jésus comme le messie et qu’ils avaient transformé ses mots.
Même les chrétiens ne comprennent pas les mots de Dieu et disent de Jésus qu’il est le fils de Dieu.
Tout avait un sens.
C’est la beauté du Coran, il t’incite à réfléchir et à raisonner, et non à adorer le soleil ou la lune mais Celui qui a tout créé.
Le Coran demande à l’homme de réfléchir sur le soleil et la lune et sur la création de Dieu en général.
Te rends-tu compte combien le soleil est différent de la lune ?
Ils sont à des distances différentes de la terre, et pourtant ils ont la même dimension lorsque nous les regardons.

De plus, beaucoup d’astronautes vont dans l’espace, ils voient l’insignifiante taille de la terre et l’immensité de l’espace et deviennent alors très croyants, car ils ont vu les signes d’Allah.

Lorsque j’ai lu le Coran plus tard, il parlait de prières, de gentillesse et de charité.
Pourtant, je n’étais pas encore musulman mais je sentais que la seule réponse pour moi était le Coran, et Dieu me l’avait envoyé, je le gardais en secret.
Mais le Coran parle aussi à différent niveau, je commençai à le comprendre à un autre niveau, là où le coran dit : « O vous les croyants, ne prenez pas les non-croyants pour ami et les croyants sont tous frères. Ainsi, je voulais rencontrer mes frères musulmans.

                                                     Conversation


Puis -je décidai de séjourner à Jérusalem (comme mon frère l’avait fait). A Jérusalem, je suis allé dans une Mosquée et je me suis assis.
Un homme m’a demandé ce que je voulais. Je lui ai dit que j’étais Musulman. Il m’a demandé quel était mon nom ; je lui ai répondu : « Stevens ».
Il était troublé.

Je rejoignis ensuite la prière bien que sans succès.
De retour à Londres, je rencontrai une sœur qui s’appelait Nafisa.
Je lui ai dit que je voulais embrasser l’Islam et elle me dirigea vers la nouvelle « regent mosque ».
Cela se passait en 1977, un an après avoir reçu le Coran.
Maintenant je comprenais que je devais me débarrasser de mon orgueil, d’iblis et me diriger dans une seule direction.

Alors un vendredi, après la jummah (prière du vendredi), j’allais voir l’Imam et lui déclara ma foi.
Vous avez devant vous quelqu’un qui a mis un terme à la célébrité et à la fortune.
Mais la voie droite était quelque chose qui m’échappait, quand bien même je m’y attelais difficilement jusqu’à ce que l’on me montre le Coran.

Maintenant, je réalise que je peux avoir un contact direct avec Dieu, contrairement au Christianisme ou à d’autres religions.
Comme me l’avait dit une femme hindoue : «tu ne comprends pas les hindous, nous croyons en Dieu, nous utilisons ces objets ( idoles ) simplement pour nous concentrer ».
Ce qu’elle était en train de dire, c’est que pour atteindre Dieu, ils doivent créer des associés, qui sont des idoles.

Mais l’Islam déplace toutes ces barrières, la seule chose qui sépare les croyants des non-croyants est la Salat.
C’est le processus de purification.
Finalement je souhaite dire que tout ce que je fais est pour plaire à Allah et prie pour que tu gagnes l’inspiration de mes expériences.

De plus, j’insiste sur le fait que je n’avais eu aucun contact avec aucun musulman avant d’embrasser l’Islam.
J’ai commencé par lire le Coran et j’ai compris que personne n’était parfait, l’Islam est parfait et si nous suivons la conduite de notre Saint-Prophète (sallallahu ala ihi wa sallam) nous aurons le succès.
Puisse Allah nous dirigé sur le chemin de la Ummah de Muhammad (sallallahu ala ihi wa sallam) amen.

                    Votre frère en Islam
                  Yusuf Islam (anciennement Cat Stevens)

ROUTE DE LA VERITE - Blog créé avec ZeBlog