Calendrier

« Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Islam Lover

Islam Lover Le respect, l'amour, la fraternité, la justice, la solidarité, le dialogue.... et encore, tels sont les principes nobles de l'islam que nous avons appris dans le Coran et que nous a enseigné notre meilleur exemple : le Prophète saws. L’islam est la religion qu’ALLAH a agréée pour tous les êtres humains. C'est une religion de paix, qui dénonce la terreur, l'injustice, et l'inflexibilité. J'invite toute l’humanité à découvrir l'islam sans préjugés, et j'invite tous les musulmans à éduquer leurs enfants selon les principes nobles et universels de l'islam. Je vous invite à découvrir ici le berceau de mon cœur et je prie ALLAH qu’il soit satisfait de nous pour que nous soyons vraiment la meilleure communauté qu’ait été fait surgir pour les Hommes. Salam alaykoum

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Un jeune américain guidé sur le droit chemin

Par Islam Lover :: lundi 18 décembre 2006 à 9:38 :: Bienvenu!

Abdoullah

Un jeune américain guidé sur le droit chemin

Américain d’origine africaine, Jasson devenu plus tard Abdoullah, fit son entrée dans l’armée américaine après ses études secondaires. C’est ici qu’il apprit quelques notions techniques en maintenance, et devint plus tard technicien dans un atelier de maintenance d’appareils électroniques.

En effet, le récit de sa conversion à l’Islam est vraiment intéressante et étrange. Pendant la guerre du Golfe, Abdoullah était parmi les soldats américains envoyés à l’Est de l’Arabie Saoudite. Un jour alors qu’il faisait le shopping dans la ville de Khoubar, il prit un article dans l’une des boutiques et s’apprêtait à le payer, et à ce même instant s’éleva d’une mosquée non lointaine la voix d’un muezzin appelant à la prière. Soudain le vendeur lui dit: «c’est fini» exprimant ainsi l’arrêt du commerce, et se précipita à la mosquée, laissant Abdoullah à la fois surpris et émerveillé; Qu’est- ce qui aurait poussé cet homme à refuser de prendre son argent?! Alors qu´aux Etats-Unis, on ne néglige aucune occasion pour gagner son gain?! Quelle est cette religion dont sa priorité dépasse le gain aux yeux de cet homme?!

Cet incident fut le début de  sa considération pour l’Islam, ainsi donc qu´il a commencé à faire des efforts pour approfondir sa connaissance sur cette religion, lisant tout ce qu’on lui donnait le concernant, jusqu’à ce qu’Allah ouvrit son cœur à l’Islam, d’où sa décision de l’embrasser dès qu’il  fit son retour à sa résidence à New York, après avoir appris quelques principes fondamentaux de l’Islam à travers certains frères de la place. Il était ainsi capable d’accomplir ses adorations, de lire le Coran, et d’appliquer avec fermeté les instructions de l’Islam, et s’abstenir de ses interdictions.

Je n’ai connu Abdoullah que lorsqu’il déménagea pour Détroit et choisit d’habiter non loin de la mosquée Al-tawhid o? je priais régulièrement et dirigeais volontairement ses affaires, une tâche pas vraiment facile. Nous avions même eu quelques divergences de vue, mais chacun visant l’intérêt général, d’où la disparition de notre désaccord. D’ailleurs, il est  très agaçant d’être en contradiction avec celui que tu rencontres plusieurs fois par jour dans la maison d’Allah. Je vais vous relater quelques exemples de ce  que je dis:

Lorsque j’avais remarqué la régularité d’Abdoullah aux cinq prières quotidiennes à la mosquée et ses efforts pour l’appel à l’Islam, je lui ai proposé de faire l’Azân (appel à la prière). Il a accepté mais à condition que cela se passe sur la rue hors de la mosquée afin d’atteindre le but même de l’Azân. Cependant nous étions en pleine négociation avec la mairie de la ville pour obtenir l’autorisation d’utiliser un bâtiment comme mosquée des Ahlous Sounnah Wal-Jamaha. Une réunion était convoquée à cet effet  avec les habitants de ce quartier pour étudier ce sujet. Donc un tel acte d’Abdoullah pouvait compromettre le résultat des négociations, surtout que la majorité de ceux–là ne voulait pas laisser un espace aux musulmans dans leur quartier. Il fallait donc plus de précaution et de sagesse pour ne pas provoquer une certaine hostilité contre nous, tout en s’accentuant plutôt à l’appel de nos frères musulmans qui ne connaissent que peu de l’Islam et n’appliquent pas ses règles. Ces explications n’ont pas convaicu Abdoullah qui voulait à tout prix faire l’Azân selon la législation islamique. Je n’avais de choix que de l’empêcher et de désigner quelqu’un d’autre pour le faire. Et je lui ai dit: «C’est moi qui aurai à faire face pendant la réunion prochaine aux habitants du quartier et au comité chargé de donner le permis de bâtir, alors d’autres frères et toi, après vos prières, vous retournerez en toute sécurité, libérés des soucis et des problèmes  qui m’opposent avec les gouvernants de la ville». En ma connaissance, il n y a qu’une mosquée aux Etats-Unis qui a pu obtenir – après des longues négociations – l’autorisation de la Justice de faire l’Azân sur les hauts-parleurs. Il s’agit de la mosquée de «Dearborn» dans la province de «Michagan», surtout que les habitants autour de la mosquée sont en majorité musulmans en provenance de Yémen.

Un jour Abdoullah m’a demandé les clefs de la mosquée que je lui ai refusées, puisqu’elles étaient limitées, et le fait de multiplier d’autres clefs engendrait l’augmentation du taux d’assurance sur le bâtiment de la mosquée. Mais Abdoullah ne m’a pas compris, il s’en est allé mécontent.

Une autre fois, Abdoullah m’a demandé l’autorisation de loger son hôte à la mosquée. «Pourquoi ne le loges-tu pas chez toi?» Demandais-je à Abdoullah. Il m’a répondu que sa maison était étroite et qu’il était marié. Je lui ai donc proposé de m’en charger de son hôte en le logeant chez moi ou à l’hôtel pour la sécurité de la mosquée, surtout que si j’autorisais cela à une première personne, je ne pouvais refuser à d’autres, et il pourrait y arriver des choses inattendues. Mais Abdoullah s’est énervé et s’est plaint contre moi à plusieurs frères, bien qu’il continua toujours à accomplir régulièrement ses prières à la mosquée.

Au fil des jours, Abdulhah a mémorisé une bonne partie du Coran et le récitait bien, comme il a appris aussi quelques notions de fikh (Jurisprudence islamique) grâce à ses nombreuses lectures. Je  lui ai donc proposé de diriger les prières à la mosquée. Il l’a accepté. Cependant il aimait lire  des sourates qu´il a nouvellement mémorisées, d’où ses nombreuses erreurs gênant les frères à la mosquée qui m’ont saisi à cet effet. Je lui ai demandé de ne réciter dans la prière que des sourates qu´il a bien maîtrisées après  me les avoir fait écouter dorénavant. Il accepta cela avec joie. Ainsi il a perfectionné davantage sa lecture, et nos incompréhensions se dissipèrent

En outre, l’attachement d’Abdoullah à la sunnah (Traditions prophétiques) lui avait apporté beaucoup de biens, malgré que dans ses débuts, certains de ses efforts n’étaient pas bien étudiés. Après avoir appris une Sunnah, il se précipitait à l’appliquer, sans aucune contrainte. Il dirigeait les prières avec des sourates longues, suivies de la sourate Al-Ikhlass, suivant ainsi –selon ses explications - un des compagnons du Prophète. Mais les fidèles étaient mal à l’aise, surtout pendant la prière d’Icha qui, pendant l’été, se faisait très tardivement. Et malgré que je lui ai fait ces remarques et lui ai souhaité de limiter la sourate Al-Ikhlass à la deuxième rakate, il persista de faire ce qu’il voyait correct et soutenu par le hadith.

Dans le même ordre d’idées, je l’ai vu se coucher sur son flanc droit dans la mosquée après l’Azân de la prière de Fadjr. Inquiet, je me suis approché de lui, pour savoir s’il était malade ou fatigué. Il m’a répondu qu’il était bien portant, et était entrain d’appliquer la Sunna du Prophète (r) qui faisait de cette manière à ce moment précis.

Quant à son comportement avec sa famille, il était très exemplaire. D’ailleurs sa femme, sa belle sœur et son beau frère se sont islamisés grâce à ses efforts. Il éduquait ses enfants à lire le Coran avec psalmodie et à accomplir régulièrement les prières quotidiennes à leurs temps. L’aîné de ses enfants, qui à sept ans , avait mémorisé beaucoup du Coran, sous sa supervision. Il l’amenait aussi régulièrement aux prières quotidiennes, voir même la prière de Fadjr, pendant la période hivernale, ou pendant l’été o‏‏? la prière se faisait très tôt. Après la prière, il s’asseyait avec lui pour lui apprendre le Coran. Je ne connais personne parmi les fidèles qui amenait un enfant à cet âge à la prière de Fadjr, surtout pendant l’hivers. Lorsque j’admirai ce petit, je voyais en lui le comportement et l’engagement qu’on ne pouvait voir sur les enfants de son âge, dans ces pays de Koufr, (infidélité) avec tous les effets néfastes des médias, des écoles et autres. Et il lisait aussi bien que son père. 

Bien après, Abdoullah est devenu responsable de la prière dans la mosquée, et a obtenu des copies de ses clefs. Avec son contact et son apprentissage chez certains frères, il est devenu apte à prononcer le sermon de vendredi, raison pour laquelle je l’ai désigné pour cela. Il l’a refusé donnant comme argument qu’il ne possédait  que peu de connaissance. Mais lorsque j’ai beaucoup insisté, il l’a accepté et a préparé un bon sermon qu’il a lu avec éloquence, ce qui lui prévalu d´être félicité. C’est ainsi qu’il pourra désormais faire le sermon soit dans sa mosquée, ou dans une autre , sous notre direction, tout ceci avec volonté, sincérité et courage. Et pour ses qualités, beaucoup des fidèles de la mosquée ont sollicité qu’il dirige régulièrement la prière du Vendredi, puisqu’ils aimaient suivre ses sermons basés des références du Coran et de la Sunna et sa bonne lecture du Coran. Nous rassemblions plus de dons le vendredi qu’il dirigeait la prière que dans d’autres. Ceci était - peut être - le signe d’acceptation. 

J’avais l’habitude de présenter aux fidèles l’Imam qui devait prononcer le sermon du Vendredi pour sa première fois. J’ai donc rappelé après ses premiers sermons comment il s’était islamisé, ses efforts et son application des principes islamiques, le bon comportement de son enfant qui l’accompagnait régulièrement à la prière de Fadjr. Et cette présentation l’aurait rendu mal à l’aise, parce qu’il considérait cela comme un éloge envers sa modeste personne et que le Prophète (r) a interdit de faire l’éloge de quelqu’un devant lui. Je lui ai fait savoir qu’il fallait voir d’autres hadiths qui incitent de donner aux gens ce qu’ils méritent, et que le  Prophète (r) a fait l’éloge de certains de ses compagnons et d´autres tribus selon leurs mérites montrant ainsi leur valeur, et encourageant le bien.  Il fallait donc voir tous les hadiths et le contexte de chacun d’entre eux. Et la communauté a besoin de connaître son interlocuteur et ce qu’il a du bien, afin d’être convaincu de ses paroles. Il semble qu’Abdulhah fut convaincu de mes propos.

D’ailleurs la prochaine fois après la prière, j’ai fait savoir à l’assistance que ce que j’avais dit de lui n’était pas un éloge, mais plutôt une présentation. C’est ainsi que le frère Abdulhah et un autre frère sont devenus des responsables de la mosquée, et la dirigeaient parfaitement lors de mon absence.

Une fois encore, alors que je lisais le Coran à la mosquée après la prière, Abdulhah et un frère ont fait leur entrée à la mosquée, je me suis levé pour les saluer puisqu’ils revenaient du Hajj, et je les ai convié à dejeûner avec moi, afin d’avoir les nouvelles récentes du Hajj. Abdulhah s’est excusé en disant qu’il n’avait pas encore rencontré sa famille, qu’il s’était dirigé directement  à la mosquée dès son retour pour prier avant d’aller à sa maison comme le faisait le Prophète (r) lorsqu’il revenait du voyage. En ce moment, je me suis demandé qui parmi nous , musulman de naissance, pratique cette Sunna du Prophète (r)?

Abdoullah avait aussi commencé à apprendre la langue arabe, dans l’une des facultés de sociologie o? enseignait un des étudiants musulmans. Actuellement, il s’exprime bien en arabe car il a apprit son syntaxe et sa morphologie, ajouté à cela qu´il mémorise beaucoup des Sourates du Coran et des Hadiths. Il prononce les sermons du Vendredi deux fois par mois, et appelle à l’Islam dans les milieux non-islamisés. Voici comment ce jeune homme qui n’est pas allé au-delà du secondaire, a pu accumuler toutes ces fonctions, les faisant avec engagement, sincérité et endurance.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
ROUTE DE LA VERITE - Blog créé avec ZeBlog