Calendrier

« Décembre 2006 »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Islam Lover

Islam Lover Le respect, l'amour, la fraternité, la justice, la solidarité, le dialogue.... et encore, tels sont les principes nobles de l'islam que nous avons appris dans le Coran et que nous a enseigné notre meilleur exemple : le Prophète saws. L’islam est la religion qu’ALLAH a agréée pour tous les êtres humains. C'est une religion de paix, qui dénonce la terreur, l'injustice, et l'inflexibilité. J'invite toute l’humanité à découvrir l'islam sans préjugés, et j'invite tous les musulmans à éduquer leurs enfants selon les principes nobles et universels de l'islam. Je vous invite à découvrir ici le berceau de mon cœur et je prie ALLAH qu’il soit satisfait de nous pour que nous soyons vraiment la meilleure communauté qu’ait été fait surgir pour les Hommes. Salam alaykoum

Catégories

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Episode 6 : Ar-Razzâq (suite)

Par Islam Lover :: dimanche 17 décembre 2006 à 9:37 :: A la lumière de ton Nom nous vivons

A la lumière de Ton nom, nous vivons.

 

Episode 6 : Ar-Razzâq (suite)

 

(Le Pourvoyeur)

 

 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l’Univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager.

 

Je voudrais rappeler avant d'entamer l'épisode d'aujourd'hui combien nous sommes privilégiés par Allah (SWT[i]) de pouvoir évoquer Ses noms à partir de ce lieu sacré et devant Sa maison "La première Maison qui ait été édifiée pour les gens, c’est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l’univers. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l’endroit où Abraham s’est tenu debout; et quiconque y entre est en sécurité…"(TSC[ii], 'Âl-`Imrân (LA FAMILLE D’IMRAN): 96/97). Rappeler aussi combien il est difficile et prétentieux de vouloir cerner tous les sens des plus beaux noms d'Allah, car Il dit Lui-même "…Et, de Sa science, ils n’embrassent que ce qu’Il veut" (TSC, Al-Baqara (LA VACHE): 255) mais à travers ces épisodes nous tentons une modeste approche pour essayer de concevoir notre vie à la lumière de Ses noms. Les comprendre, saisir leurs sens et les mettre en œuvre dans notre vie quotidienne. Car la religion est un savoir, puis une obéissance et enfin une félicité et un bonheur.

 

Plaçons notre confiance en Lui, Le Pourvoyeur :

L'épisode d'aujourd'hui est un complément à celui d'hier; nous avions abordé le nom d’Allah Ar-Razzâq et nous avons examiné les sens profonds de ce nom. Nous avons déduit qu'il nous faut respecter trois règles de bienséance envers ce nom. Si nous sommes convaincus qu'Allah est le Pourvoyeur et le Nourricier de toutes les créatures; Allah (SWT) dit-ce qui peut être traduit comme : " …et lui assigna ses ressources alimentaires en quatre jours d’égale durée…"(TSC, Foussilat (LES VERSETS DÉTAILLÉS) : 10)  Nous devons nous garder de vouloir gagner notre vie de l'illicite, nous devons tenir égard à notre dignité et ne pas nous abaisser et nous avilir par crainte de la pauvreté, et enfin nous avons conclu qu'il nous faut travailler et  parcourir la terre à la recherche de notre subsistance sans ménager aucun effort. Je vais aborder dans la deuxième partie une autre règle très importante pour que le sublime sens de ce nom puisse s'accomplir parfaitement dans nos vies.

 

Mais avant cela nous allons encore nous attarder sur les trois attitudes à adopter que nous avons évoquées hier. Je n'ai pas cessé de répéter hier que nos subsistances sont garanties par Ar-Razzâq, qu'Il est le seul Pourvoyeur de Ses serviteurs, et de là, nous devons nous garder de souiller notre subsistance par l'illicite et le péché, car Allah (SWT) a prescrit à chacun de nous sa subsistance et ses richesses, souvenons-nous du verset d'hier; Allah (SWT) dit -ce qui peut être traduit comme : " …et lui assigna ses ressources alimentaires en quatre jours d'égale durée. [Telle est la réponse] à ceux qui t'interrogent. " (TSC, Foussilat (LES VERSETS DETAILLES) : 10). Pourquoi gagner par le péché ce que nous aurions de toute façon acquis par la volonté d'Allah. Il a prédisposé la terre et dispensé en elle les richesses diverses pour qu'elles soient exploitées chacune en son temps. Aurions-nous oublié le hadith du prophète (BP sur lui) qui nous redonne confiance et apaise nos craintes, il dit : "Djirbîl m'a inspiré que toute âme ne mourra sans qu'elle ait épuisé la subsistance qu'Allah lui a prescrite et achevé les jours qu'Allah lui a limités " Allah (SWT) n'a-t-il pas juré -ce qui peut être traduit comme : " Par le Seigneur du ciel et de la terre! Ceci est tout aussi vrai que le fait que vous parliez. "(TSC, Adh-Dhâriyât (QUI EPARPILLENT): 23). Continuerons-nous après cela à entacher nos gains par le péché ? Nous laisserons-nous emporter par l'effritement des valeurs et de la foi de tous les gens qui ont oublié Ar-Razzâq et sont allés quémander leurs vivres dans l'illicite et le péché …?

 

On raconte l'histoire d'un vieil homme resté sans aucun soutien, il répétait toujours la même prière et disait : ô Allah fais-moi vivre comme Tu fais vivre le corbillat !! Les gens ne saisissaient rien à cette étrange prière. A la naissance, le petit du corbeau est tout blanc, sans aucun poil sur sa peau, ses parents ne le reconnaissent pas et l'abandonnent sans nourriture. Mais par les grâces d'Ar-Razzâq, l'odeur que dégage cet oisillon attire les vers à lui, il s'en nourrit jusqu'à ce qu'un duvet noir lui pousse et que ses parents le reprennent dans leur giron et se mettent à le nourrir !

 

Il se trouve aussi dans la nature un autre exemple de la grandeur d'Ar-Razzâq qui nous laisse pantois, admirateurs et convaincus de la puissance d'Allah. Les spécialistes des océans nous apprennent qu'il existe un courant sous-marin dans l'océan atlantique qui circule des côtes scandinaves et s'en va jusqu'aux côtes du Chili en Amérique latine. Ce courant très puissant charrie avec lui de grandes quantités de petites algues. Ces algues attirent la sardine qui va avec le courant à la poursuite de ces algues. Arrivée aux abords des côtes d'Amérique du sud, la sardine est surprise par les dauphins et les requins qui la poussent des fonds marins vers la surface. Des milliers d'oiseaux attendent cette montée et se ruent à leur tour sur les bancs de  poisson. Ces milliers d'oiseaux se posent sur terre et apportent aux agriculteurs des ces pays des engrais inespérés !! Vous saisissez la splendeur de cet exemple d'Ar-Razzâq ? Une chaîne incroyable de créatures et un concours des éléments de la nature pour que des oiseaux puissent se nourrir et que des hommes cultivent leur terre. Douterons-nous encore d'Ar-Razzâq? Honte à celui qui osera après cela souiller sa nourriture par le péché, honte à celui qui s'humilie après cela pour gagner sa vie, et honte à celui qui croise les bras et ne se nourrit pas de la sueur de son front.

 

Contentement, satisfaction et sérénité :

Je vais maintenant passer au point auquel j'ai fait allusion au début de l'épisode. Une attitude que nous devons observer envers Ar-Razzâq, un très beau sens qui doit soulager les démunis et les pauvres, rendre leurs tourments moins pénibles. Les règles que nous avons évoquées précédemment sont une conduite que nous observons avec nos membres et à travers nos actes. Mais celle-là, c'est une règle qu'on accomplira avec nos cœurs. Une règle sans laquelle nous ne saurons réussir les trois premières.

C'est bien l'agrément; la satisfaction. Êtes-vous satisfaits d'Allah ? Êtes-vous satisfaits de ce dont Allah vous a fait don ? Êtes-vous satisfaits de vos épouses, de vos logements, de votre physique? Êtes-vous satisfaits de votre fonction, de votre situation matérielle, de votre vie ? Êtes vous satisfaits d'Allah …?

La satisfaction c'est de vouloir atteindre le meilleur tout en étant satisfait de l'état présent. Certains comprendront la satisfaction comme une capitulation et un renoncement. Mais c'est bien le contraire, car le Prophète n'en voulut pas à Allah pour ce qu'il a enduré à la Mecque mais cela ne l'a pas empêché d'émigrer à Médine pour y chercher refuge.

Allah dit dans un hadith qoudssi : "ô fils d'Adam je t'ai créé pour Mon adoration alors ne t'en détourne pas. Je t'ai assuré ta subsistance, si elle est rationnée n'en soit pas malheureux, et si elle est abondante n'en soit pas content. Si tu agrées ce dont Je te fais don, Je soulagerai ton corps et ton esprit, tu compteras parmi ceux à qui Je fais miséricorde. Si tu n'en es pas satisfait, J'épuiserai ton corps et ton esprit et tu compteras parmi les disgraciés, Je te rendrai la vie dure et tu courras derrière ses biens comme courent les animaux dans la nature et tu ne gagneras en fin de compte que ce que Je t'ai prescrit."

 

Accepter de bon cœur et de bon gré le don d'Allah ne signifie nullement renoncer à l'effort et au travail, mais c'est un repos pour l'esprit. Allah dit dans un autre hadith qoudssi : "ô fils d'Adam Je t'ai pourvu de ce qui te suffit mais tu recherches ce qui te fatigue, si Allah a donné à Ses serviteurs sans limites, ils auraient été des despotes sur terre sans droit. Le peu ne te rassasie pas et ce qui est abondant ne te satisfait pas. Si un nouveau jour se lève sur toi et que tu sois sain dans ton corps, à l'abri dans ton gîte, possédant la nourriture de ta journée alors chasse la vie d'un revers de la main."

 

Si vous êtes en sécurité dans votre maison, comptez cela comme une grâce d'Allah, car il existe des gens qui ne savent pas où aller à la tombée de la nuit. Si vous êtes en bonne santé louez Allah pour ce don, car il existe des gens qui ne savent pas s'ils vont encore survivre un autre mois. Acceptons les dons d'Allah et soyons en satisfaits.

C’est une invitation à être satisfait de son sort, mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas fournir d’efforts pour gagner sa subsistance. Cette injonction le montre bien : " Rejette tes soucis après avoir pris tes dispositions. Ce n'est pas à toi de réaliser ce qu'Allah t'as promis de te donner."

Et comment Allah pourrait-Il t'oublier, alors que tu es Son Khalifa sur terre ?! Il a créé tout cet Univers à ton service : Le soleil, le vent, la pluie te procurent l'eau et la nourriture. Mais cela ne doit pas nous empêcher d’œuvrer et de travailler. Et à ceux qui souffrent de privation et qui peinent à cause des circonstances difficiles, je rappelle ce hadith du Prophète (BP sur lui), qui inspire le contentement et la satisfaction : " Certes a-t-il goûté la douceur de la foi, celui à qui il agrée qu’Allah soit son unique Seigneur, d'avoir l'Islam pour religion, et d'avoir Mohammed pour Prophète.” Quiconque répète l’invocation suivante matin et soir, Allah lui inspirera contentement et satisfaction : "Il m’agrée qu’Allah soit mon Seigneur, que l'Islam soit ma Religion et que  Mohammed soit mon Prophète."  Ainsi Le Prophète (BP sur lui) nous a-t-il conseillé dans une autre occasion de reprendre la même invocation après chaque appel pour la prière afin de gagner le pardon d'Allah (SWT). Pourquoi le Prophète a-t-il insisté à maintes reprises sur cette invocation en particulier.  Car à force de la dire, on finit par sentir le bonheur et la sérénité.

Le contentement et l’acceptation des malheurs :

Le Prophète (BP sur lui) avait aussi l'habitude de dire: " Allah inspire-moi la satisfaction au moment des malheurs afin que je sois en paix avec mon destin."  Pourquoi a-t-il précisé le moment des malheurs? Car c'est le moment de la véritable épreuve et si l’on accepte son destin en ces moments-là, on fait preuve d'une foi inébranlable. Les Oulémas considèrent que la vérité de la foi est reflétée par ces trois comportements: Avoir confiance dans le choix d'Allah avant l'épreuve ; accepter le destin d'Allah au moment de l'épreuve ; persister dans l'adoration d'Allah après l'épreuve. Allah (SWT) dit dans la sourate Al-Hajj, verset 11 – ce qui peut être traduit par : "Il en est parmi les gens qui adorent Allah marginalement .S’il leur arrive un bien, ils s’en tranquillisent, et s’il leur arrive une épreuve, ils détournent leur visage, perdant ainsi (le bien) de l’ici-bas et de l’au-delà. Telle est la perte évidente! "

Souvenons-nous de l'attitude du Prophète après la mort de son fils Ibrahim qu’il aimait beaucoup. Le Prophète a pleuré la mort de son fils et a dit: " Mes yeux larmoient, mon coeur souffre mais jamais je ne dirai ce qui mécontentera Allah. Et certes nous sommes tristes d’être séparés de toi Ibrahim….." Et il a dit: " Allah, nous répondons à Ton appel, tout ce que Tu nous envoie est bien et jamais Tu ne nous envoies le mal."

Omar ibn Al-Khattab dit: " Jamais un malheur ne m’a frappé sans que je remercie Allah pour quatre choses: le fait que l'épreuve n’ait pas été plus grave, le fait que l'épreuve ne concerne pas ma religion, le fait que je serai rétribué pour l’avoir endurée, et en pensant que rien ne compte après la mort du Prophète. Omar a dit aussi : " Je ne me soucie pas si je me réveille en état de suffisance ou de privation, de joie ou de malheur, tant que je me suis réveillé Musulman."

‘Orouah Ibn Az-Zoubayr, le cousin de ‘A’ïcha, en visite chez le calife perdit en même temps son fils et sa jambe. Les gens sont venus le consoler. Il a dit: "Allah, si Tu m'as pris un de mes fils, Tu m'a laissé les six autres. Si Tu m'as pris un membre, Tu m'as laissé les trois autres. Je Te remercie pour ce que Tu m'as laissé et pour ce que Tu m'as pris." Et après l’amputation, il demanda à voir sa jambe amputée et dit : " Allah, Tu es mon témoin, je n'ai jamais marché sur cette jambe pour une destination qui te déplaise." Un de ses compagnons le consola en disant: " Voici une jambe qui t'a précédé avec ton fils au paradis."

Safeyya bent Abded Al Mouttalib était la sœur de Hamza, la tante paternelle du Prophète. A la bataille de Ohod, après la mort de son frère Hamza, le Prophète demanda au fils de Safeyya, Az-Zoubayr, d'emmener sa mère à Médine pour qu'elle ne voie pas le corps mutilé de son frère. Safeyya refusa de rentrer à Médine en déclarant que ce qui est arrivé à son frère est bien peu en comparaison avec les innombrables grâces d’Allah, et qu’Allah ne fait qu’éprouver sa patience.

Et souvenez-vous toujours de la justice d'Allah. Si on accorde une valeur aux différents dons d'Allah, on réalise qu’Allah a réparti ses dons de sorte que personne ne soit lésé. Les dons ne sont pas seulement les biens matériels. Il se peut que tu sois riche mais que tu aies des enfants ingrats, et que tu sois pauvre et que tes enfants soient bons envers toi. Il se peut que tu sois pauvre mais proche d'Allah, et que le riche soit loin de Lui. Pris par ses comptes, le riche ne voit pas Allah, tandis que le pauvre est occupé à L’implorer car il sait qu'il n'a que Son Créateur pour le soutenir.

Finalement, je termine l'épisode en soulignant trois points:

1) Observez Allah (SWT) dans toutes vos actions et craignez-Le.

2) Demandez à Allah (SWT) de vous guider vers le bon choix avant d’en faire un.

3) Soyez satisfait du choix d'Allah.

[i] Soubhanaho Wa Ta’ala : ‘exalté soit-Il’

 

[ii] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du noble Coran.

 

AmrKhaled.net © جميع حقوق النشر محفوظة
Cet article peut être publié ou copié sous une forme inchangée pour des usages privés ou personnels, à condition de mentionner sa source d'origine.
Tout autre usage de cet article sans une autorisation écrite préalable de la part de l'Administration du site est strictement interdit. Pour plus d’informations : dar_altarjama@amrkhaled.net

ROUTE DE LA VERITE - Blog créé avec ZeBlog